DOMINIC77

Un peu de tout

Tag: Brexit

Une analyse du referendum Brexit.

Je faisais confiance à Matt Singh, du site Number Cruncher Politics, pour être le meilleur prédicteur des consultations électorales britanniques. J’ai été très étonné du résultat du referendum. Contrairement à l’année dernière quand je ne voyais pas les raisons politiques d’une victoire éventuelle des travaillistes je n’avais aucune idée sur le résultat probable et les analyses basées sur les sondages me semblaient crédibles.

Matt Singh a lui-même été pris par surprise par le résultat et a mis quelques temps à réagir. Le premier article, trois jours après, n’apportait rien d’autre que « j’ai besoin de temps pour analyser tout cela ».

Il a fallu attendre le 5 Juillet pour le résultat publié ici et en fait . Et les conclusions sont intéressantes.

Il trouve que l’erreur dans les prévisions de résultat du referendum ne vient pas des techniques de sondages et d’interprétation qui ont été largement discutées, entre autre la manière de traiter les différences entre sondages Internet et sondages téléphoniques qui ne donnent pas les mêmes résultats. L’erreur de base aurait consisté à penser que le comportement des électeurs et des abstentionnistes restait le même. Le taux de participation élevé au referendum a donc été supposé plutôt favoriser le « remain » du fait de l’enthousiasme supérieur des partisans du « leave ». Or il s’avère au vu des études détaillées que les nouveaux votants sont vraisemblablement des  abstentionnistes de long terme qui ont saisi l’occasionn d’un vote explicite et franc contre l' »establishment ». Les études antérieures avaient laissé penser que les abstentionnistes et les votants partageaient  les mêmes idées sur l’Union Européenne. Il s’avère que c’était faux et qu’une quantité suffisante a décidé de retrouver le chemin des urnes alors qu’ils n’avaient  pas voté pour le UKIP l’année dernière. Il s’agit donc d’un phénomène nouveau encore peu analysé. Si ces personnes sont revenus dans le jeu politique à cette occasion on peut se demander dans quelles conditions elles peuvent y rester et prendre leur place active dans un processus démocratique renouvelé. Je n’étais, et ne suis toujours pas, convaincu des effets délétères du Brexit car je pense que la destruction démocratique de cette Union Européenne est la seule voie pour nous reconstruire un futur. En voilà un autre indice.

Et l’écœurement Barroso n’en est qu’un indice de plus.

Bong sang, c’est un problème anglais.

La dernière livraison du livre « Blimey, it could be Brexit » qu’Anthony Barnett (désolé l’article Wikipedia n’existe par en français) écrit au fil des semaines avant le referendum anglais vient juste à temps au sujet central pour lui. Il a consacré une bonne partie des efforts de sa vie à combattre pour une constitution formelle, totalement écrite et démocratique du Royaume-Uni. Le débat politique des dernières décennies tel qu’il culmine de manière totalement biaisée dans le referendum actuelle a mis en évidence un déficit démocratique majeur. L’Ecosse est dotée d’un parlement et d’un gouvernement dont les pouvoirs devraient être éendus à la suite des promesses faites par tous les partis politiques britanniques poussés par la peur de la possible décision de 2014 de l’indépendance écossaise. Le pays de Galles possède les mêmes institutions en mode mineur ainsi que l’Irlande du Nord. A Westminster siège une sorte de Westmonster qui est le parlement du Royaume-Uni. Le peuple anglais se trouve donc être le seul sans représentation parmentaire. Pour Anthony le principal malaise et l’explication partielle de la colère incarnée par UKIP prennent leurs sources dans ce deficit. Son analyse et sa revue de l’histoire britannique et anglaise est diablement intéressante, particulièrement pour nous français dot l’histoire parallèle et souvent rivale a vu des affrontements nombreux entre nos nations.

J’ai exprimé sur openDemocracy mes désaccords avec Anthony sur quelques points qui relèvent de la tactique (je pense que le Brexit aurait pu être le stimulus déclencheur de la nécessaire destruction de l’Union Européenne). Aujoud’hui le Brexit improbable tout au long de la campagne est devenu  impossible depuis l’assassinat de Jo Cox. Le Bremain a, à son corps défendant, acheté la victoire au prix fort.

Lire « Blimey, it could be Brexit » reste une lecture essentielle à tout amoureux de la démocratie en Europe.

Bonne semaine

Dominique

© 2017 DOMINIC77

Theme by Anders NorenUp ↑