DOMINIC77

Un peu de tout

Month: septembre 2018 (page 1 of 2)

Chronique d’une enquête bidon…Dimanche.

Les Républicains.

Nous sommes entrés dans cette étrange zone d’attente propre à développer tous les fantasmes, l’enquête du FBI sur…Sur quoi en fait? Pour certains le sujet doit être la confirmation des accusations de Christine Ford à l’endroit de Brett Kavanaugh, pour d’autres il s’agit de prouver qu’il a menti, et pour certains Républicains de chercher à confondre les accusateurs de Kavanaugh qui auraient menti. On peut difficilement imaginer conditions plus favorables à la prolifération des rumeurs et à l’intensification d’un chaos bien trumpien dans lequel tout sera possible et justifiable.
La vague définition officielle du champ de l’enquête aux « accusations crédibles » ne signifie rien et autorise toutes les interprétations.
A peine apprend-on que le FBI s’est approché de Deborah Ramirez, la seconde accusatrice, que le bruit de limitations drastiques et nominatives par la Maison-Blanche de la liste des témoins interrogeables a commencé à courir. Donald Trump a du démentir formellement. Etant donné qu’il sera impossible de prouver la réalité matérielle d’une agression dans un lieu clos datant de plus de trente ans la seule précaution que doivent prendre les Républicains consiste à s’assurer que Mark Judge, le seul témoin, ne dise rien de compromettant.

Les Démocrates.

L’arnaque de l’enquête montée par les Républicains avec Jeff Flake en vedette et la participation amicale de Joe Manchin, sénateur Démocrate en ré-élection difficile, a toutes les chances de fonctionner. Les auditions de la semaine dernière avaient laissé au camp trumpien un problème de présentation, de relations publiques. Cette enquête destinée à montrer leur bonne foi et par contraste la malveillance de leurs adversaires peut se révéler un coup de maître.

Les Démocrates ont à peu près compris le coup. La meilleure chance de faire chuter Kavanaugh serait de prouver qu’il a menti lors de ses dépositions au Sénat, crime fédéral. Il est certain que sa jeunesse lycéenne et étudiante a été beaucoup plus arrosée qu’il ne l’a dit. Comment apporter de cela quelque chose qui ressemble à une preuve juridiquement et politiquement recevable. On peut même se demander où se trouve l’intérêt des Démocrates. Ne pouvant empêcher la nomination de Brett Kavanaugh ils pourraient tirer avantage d’une nomination bancale sur laquelle le soupçon ne pourra jamais être effacé. Curieusement courent même les brtuits de conflits qui pourraient obliger Kavanaughà se récuser des jugements à caractère partisan vu la violence de sa sortie contre les Démocrates dlors de l’audition de Jeudi.

Julie Swetnick et Michael Avenatti.

La victime la plus nette de cette phase pourrait bien être Michael Avenatti dont la cliente Julie Swetnick vient d’être exclue de la liste des auditions du FBI. Ses accusations sont les plus graves puisqu’elle avance avoir été témoin et victime de viol en réunion organisés par le couple Judge-Kavanaugh. S’il est ridiculisé sur ce dossier Avenatti sera aussi mis en difficulté dans l’affaire qui oppose sa cliente Stormy Daniels à Donald Trump. Sans parler de sa candidature à la primaire présidentielle en 2020.

Il reste quatre jours pour faire tomber Kavanaugh et infliger une défaite significative à Donald Trump.
Mes liens et notes du jour.

30/09/2018
https://thehill.com/homenews/senate/409107-judiciary-committee-refers-apparent-false-allegations-against-kavanaugh-for //Si on voulait encore une confirmation de l’arnaque que constitue le simulacre d’enquête demandé au FBI la voici. Ils ne se cachent même plus. Grassley précise qu’il faut rechercher les fausse allégations contre son champion. Cela ne risque-t-il pas d’être contre-productif?
https://www.commondreams.org/news/2018/09/29/farce-not-investigation-trump-accused-rigging-fbis-kavanaugh-probe-imposing //Une mascarade évidemment. La Maison-Blanche fixerait même la liste des témoins admissibles.
https://thinkprogress.org/white-house-denies-limiting-fbi-probe-into-supreme-court-pick-kavenaugh-010daf9c7750/ //La mascarade autour de l’arnaque Flake continue entretenue par le président lui-même qui la suit de près de manière à parer au plus pressé si par accident cela tournait mal. Proclamant qu’il ne limite pas l’extension de l’enquête il se prépare à tout.
https://thehill.com/policy/national-security/409013-the-mueller-investigation-where-it-stands-at-the-midterms
https://theintercept.com/2018/09/29/our-silence-will-serve-no-one-alumni-of-brett-kavanaughs-high-school-urge-graduates-to-share-information-about-sexual-assaults/ //Personne ne doute de qui dit la vérité et qui ment.https://www.motherjones.com/politics/2018/09/more-brett-kavanaugh-classmates-are-saying-he-lied-to-congress/ //Il est des plus en plus clair que l’étendue champ de l’investigation sur Kavanaugh peut tout changer. Elle est dès le début limitée par les Républicains et Donald Trump de manière que tout ce qui pourrait être de nature à le gêner sera hors champ.
https://www.salon.com/2018/09/30/in-the-heart-of-a-dying-empire_partner/ //Les empires ne meurent pas sans répandre le malheur autour d’eux.
https://newrepublic.com/minutes/151464/trump-regales-crowd-story-kim-jong-un-fell-love //Comment Trump montre qu’il vit dans son propre monde illusoire.
https://thinkprogress.org/kavanaugh-leland-keyser-ford-refuted-lied-baf4d63527b3/ //On peut même se demander si pour les Démocrates la nomination de Kavanaugh ne pourrait avoir un certain intérêt. Si l’enquête ne parvient pas éliminer les doutes tout l’édifice trumpien sera marqué d’instabilité. La base fanatique sera renforcée dans son sentiment d’être assiégée mais l’administration dans son ensemble sera déstabilisée.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/republican-party-conservative/571747/ //La coupure entre les idéologues Républicains et leur base intellectuelle.
https://thehill.com/homenews/sunday-talk-shows/409123-kellyanne-conway-im-a-victim-of-sexual-assault //Kellyanne Conway obligée de payer de sa personne en révélant une part de son histoire personnelle qu’elle aurait sans doute préféré cacher. Déjà ses différences d’appréciation avec son mari à propos de Donald Trump avaient fait le bonheur de la presse. Trump usera ses collaborateurs jusqu’à la corde.
https://thehill.com/homenews/sunday-talk-shows/409124-trump-meeting-with-rosenstein-could-be-delayed-further-sanders //Il semble urgent d’attendre avant de précipiter la fin de l’enquête de Robert Mueller.
https://www.theguardian.com/us-news/2018/sep/30/fbi-investigation-brett-kavanaugh-julie-swetnick-kellyanne-conway //Aucune surprise. Ils jouent la défense et ils ont tous les atouts en main

Kavanaugh est confirmé.

Le bruit autour du délai et  de l’embryon d’enquête du FBI présentés comme une victoire par la majorité des adversaires de la nomination de Kavanaugh relève au mieux de l’auto-persuasion.

Flake a expliqué sa démarche qui consiste clairement se fournir une excuse pour voter la confirmation en faisant semblant de faire le maximum. Même le petit Bush (Georges W.) téléphone à tous ses amis Républicains alors qu’on le présent par ailleurs comme un anti-trumpiste.

Les sénatrices dites hésitantes ont approuvé la décision de reporter de trois jours la décision. La satisfaction qu’elles expriment ne cherche mêm pas à cacher leur soulagement. Elles pourront tranquillement voter  la confirmation et s’en laver les mains. Cela induira sans dote la fin de la carrière sénatoriale de Collins qui aura du mal se sortir d’affaire en 2020. En prenant cette position à la droite su Parti Républicain et avec la très probable annulation du droit à l’avortement grâce au vote de Kavanaugh avant les prochaines électionsson cas est scellé.

Et Kavanaugh aura même des voix Déocrates. La participation de Joe Manchin à la réunion avec Collins, Murkowski et Flake était déjà de bien mauvaise augure. Heidi Haitkamp et Manchin ont depuis émis la même opinion que Collins et Murkowski sur le bien-fondé du simulacre d’enquête annoncé.

La messe est dite ce n’est plus qu’une question de jours. Et de trois jours car contrairement à ce que tout le monde veut bien répandre le délai n’a pas été allongé s’une semaine mais de trois jours. Le vote définitif sur la confirmation était prévu Mardi. Le reporter à Vendredi n’ajoute que 3 jours.

Le vrai résultat de cette affaire est d’avoir relancé le mouvement initié par l’affaire Weinstein. Et de l’avoir relancé sur une base massive et populaire. La masculinité toxique qui pourrit la société devra écouter la parole des femmes.

J’aimerais vraiment me tromper.

Mes liens d’aujourd’hui.

29/09/2018
https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/09/flake-kavanaugh-interview/571735/ //Flake confirme l’arnaque. Même le petit Bush est de la ^partie pour mépriser les droits des femmes et la crébilité des institutions.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/kavanaugh-hearings-show-nation-crisis-not-decline/571732/ //Kavanaugh sera confirmé mais la parole des femmes est levée et il sera difficile de l’arrêter son très long envol.
https://thehill.com/homenews/senate/409043-kavanaugh-confirmation-faces-fresh-uncertainties //Manchin et Heitkamp ont tacitement annoncé qu’ils s’apprêtent à voter pour Kavanaugh. La manœuvre de Flake a fonctionné. La messe est dite.

Kavanaugh vers une confirmation …suite

Dans un mouvement à signification douteuse Jeff Flake relance le suspense et se met en évidence. Il joue gagnant car il peut aussi bien avec une semaine d’enquête aider l’un ou l’autre des camps. Si l’enquête découvre des preuves il devient le « NoTrumper » en chef. Si elle échoue il dédouane Kavanaugh et libère les hésitants de leurs scrupules.

Les événements s’enchaînent si vite qu’il est imprudent de préparer un billet sans publier immédiatement sous peine d’être frappé d’obsolescence. Resté sur l’information du vote positif annoncé par Jeff Flake je sors de table ce soir pour apprendre par un coup de téléphone que le FBI a une semaine pour enquêter avant que le processus se poursuivre. En fait Jeff Flake a négocié cette semaine contre son vote favorable à la poursuite de la procédure. Par rapport au plan initial qui prévoyait un vote Mardi les opposants à Kavanaugh ont gagné 3 jours de répit mais aussi un embryon d’enquête et une petite contrariété pour Donald Trump ce qui est toujours bon à prendre. Les arguments de Jeff Flake sont intéressants à lire. Il prend arguments de la présomption d’innocence qui doit présider au débats juridique dans le pays. Il reste donc dans la droite ligne du parti. Contrairement à Dianne Feinstein qui annonçait que l’audition n’était pas le jugement de Christine Blasey Ford mais l’entretien d’embauche à la Cour Suprême de Brett Kavanaugh. Posée de cette manière la question n’impose pas de lever le doute sur sa culpabilité mais sur sa moralité.
Flake joue avec nos nerfs et peut-être avec le feu mais son astuce peut viser à donner de bonnes excuses aux hésitants pour voter oui à  Kavanaugh en prétextant que tout et même plus a été vainement fait pour prouver la vraisemblance des accusations. Il peut ainsi dégager le champ pour le vote favorable de Susan Collins, de Lisa Murkowski et même du Démocrate Joe Manchin. Si Flake veut effectivement jouer la posture morale contre Trump il devra aller jusqu’au bout Vendredi prochain. On se souvient qu’il a eu des ambitions présidentielles et que se retrouver en position de sauveur d’un Parti Républicain post-trumpien peut être un plan de moyen terme. un plan à haut risque car ce jour-là il y aura de la concurrence.

D’autres demandent un complément d’enquête et une pause de la procédure pour ce faire même parmi les Républicains. Quatre gouverneurs Républicains : John Kasich (OH), Charllie Baker (MA), Larry Hogan (MD) et Phil Scott (VT). Élus d’états Démocrates ils n’ont jamais été des trumpistes acharnés. Kasich a encore des prétentions présidentielles et pourrait jouer le recours en cas de problème pour Donald Trump.
L' »American Bar Association », association du barreau américain qui groupe des juriste volontaires pour y adhérer a aussi écrit aux sénateurs leaders de deux paris à la Commission Juridique de demander une enquête complémentaire alors qu’elle avait initialement apportée son soutien au candidat de Trump. Ce n’est pas une organisation corporatiste représentative et elle a des vues progressistes sur des sujets critiques (peine de mort, races).
Plus étonnant « America » la revue des jésuites qui dirigent l’école où a étudié Kavanaugh se prononce aussi pour son retrait alors qu’elle lui avait donné son soutien elle aussi.

Quelques ardents soutiens de Trump n’admettent pas la situation. Ici il s’agit encore d’un intellectuel hors de l’appareil Républicain. Un autre signe de fracture qui augure mal du futur. Il dit : “Realistically, it is unlikely that the Senate will proceed in the manner of a court of law, because political truth has replaced scientific truth in our highly partisan age,” (Pour être réaliste il est improbable que le Sénat puisse ce conduire comme un tribunal parce que la vérité politique a remplacé la vérité scientifique dans notre époque hautement partisane). Si je suis en désaccord sur la manière de l’exprimer -l’usage des mots « vérité » et « scientifique » me semble très mal à-propos- je partage l’idée. Et écrire que je suis en accord pour une fois avec Alan Dershowitz me fait froid dans le dos. Deviendrais-je démocrate sur le tard?

Quelques réflexion en marge, largement inspirées par un billet de Kevin Drum de Mother Jones.

Il est certain que Kavanaugh a menti sur au mpins des points de comportement, la boisson et ses habitudes d’étudiant. Il a très probablement agressé Christine Blasey. Il a pu le faire comme un butor adolescent plutôt que comme un jeune adulte violeur déterminé. Il aurait même pu avouer ce comportement et s’en excuser sans mettre en danger sa nomination. Peut-être même était la meilleure ou la seule manière de se tirer d’affaire.

Sur la signification de ce qui s’est passé hier.

La différence entre le bénéfice du doute pour un accusé et le bénéfice du soupçon pour la victime. Dans le cas ou le seul enjeu est la reconnaissance du traumatisme et la réparation le doute légitimement profite à l’accusé et il appartient au corps social de réparer et d’assister la victime.

Nous sommes dans le cas inverse. La victime a assumé sa douleur et a construit avec son entourage les moyens de passer outre même si cela ne peut pas s’appeler réparation. L’enjeu est l’accès à une fonction éminente au plus haut de l’édifice social. Il est clair qu’ici le doute n’est pas permis sur la moralité de l’impétrant. Les deux seules options possibles sont la poursuite des investigations ou l’arrêt du processus de promotion de l’auteur soupçonné. Il est d’ailleurs de son intérêt de le faire. La libération du soupçon et l’intégrité de la fonction sont au prix de cette recherche de la vérité. Refuser cette recherche s’apparente à un aveu.

Que Rachel Mitchell dise comme elle l’a fait aux sénateurs Républicains dans la réunion après les auditions qu’en tant que procureure elle ne mettrait pas Kavanaugh en accusation souligne bien la différence entre le débat judiciaire qui cherche à sanctionner une faute et le débat politique qui cherche à sélectionner un candidat pour une poste dominant. Le second cas vise à éviter de nommer un personnage mal qualifié ou indigne de la fonction. En l’absence d’enquête approfondie il est évident que Brett Kavanaugh ne peut être poursuivi pour les faits mais il ne devrait pas non plus être possible qu’il soit promu. Dans des états autres que le Maryland ceci serait d’ailleurs prescrit. Mitchell souligne donc en fait l’absurdité de la situation créée par le refus de l’enquête complémentaire.

Mes liens et note de ce jour.

https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/going-beyond-metoo-brett-kavanaughs-affected-outrage-explained/ //Suivie dans le détail la longue litanie des complaintes des sénateurs Républicains lors de l’audition de Kavanaugh devient le développement de la thèse conspirationniste latente qui hante cette droite au fond d’elle-même suprémaciste mâle et blanche, sûre de son droit hérité de l’Histoire et des Églises à dominer le monde alors que leur position dominante n’est que celle de l’argent. Cette attitude entraîne immanquablement une politique de la terre brûlée qui détruit tout, tout ce qui existe de construction sociale et politique qui s’oppose à eux même les éléments existant de démocratie.
https://slate.com/news-and-politics/2018/09/brett-kavanaugh-sexual-assault-hearing-teenager.html //Et pourtant l’image du crétin adolescent capable de bousculer une jeune fille même sans l’intention d’aller au bout de ce qu’il considère être un viol (pénétration), cet adolescent-là était en pleine lumière au cours de l’audition.
https://talkingpointsmemo.com/news/fox-news-analyst-says-confirmation-process-should-be-postponed //Même d’ardents soutien de Trump n’admettent pas la situation. Ici il s’agit encore d’un intellectuel hors de l’appareil Républicain. Encore un signe de fracture qui augure mal du futur. “Realistically, it is unlikely that the Senate will proceed in the manner of a court of law, because political truth has replaced scientific truth in our highly partisan age,” « Pour être réaliste il est improbable que le Sénat puisse ce conduire comme un tribunal parce que la vérité politique a remplacé la vérité scientifique dans notre époque hautement partisane. Si je suis en dasacord sur la manière de l’exprimer -l’usage des mots « vérité » et « scientifique » me semble très mal à-propos- je partage l’idée. Et écrire que je suis en accord avec Alan Dershowitz me fait froid dans le dos. Deviendrais-je démocrate sur le tard?
https://talkingpointsmemo.com/edblog/the-most-shocking-findings-in-yesterdays-drama //En plus de tout ce qui a été dit la défense de Kavanaugh évoquant la différence de classe entre les deux jeunes gens sonnent bien comme l’affirmation d’un préjugé de classe cohérent avec le reste du tableau du beau gosse riche qui peut tout se permettrre.
https://thinkprogress.org/list-who-is-calling-for-delay-kavanaugh-vote-c182818bd8ed/ //Qui demande un complément d’enquête et une pause de la procédure pour ce faire parmie les républicains. Quatre gouverneurs Républicains : John Kasich – OH, Charllie Baker-MA, Larry Hogan-MD et Phil Scott-VT. Elus d’états Démocrates ils n’ont jamais été des trumpistes acharnés. Kasich a toujours des prétentions présidentielles et pourrait un recours en cas de problème pour Donald Trump. L’ « American Bar Association », association du barreau américain qui groupe des juriste volontaires pour y adhérer. Ce n’est pas une organisation corporatiste représentative et elle a des vues progressistes sur des sujets critiques (peine de mort, races). Alan Dershowitz commentateur sur Fox.
Plus étonnant « America » la revue des jésuites qui dirigent l’école où a étudié Kavanaugh se prononce aussi pour son retrait alors qu’elle lui avait donné son soutien.
https://thinkprogress.org/asked-to-put-the-credibility-of-the-supreme-court-over-his-own-discomfort-kavanaugh-says-no-80d943d077ed/ //Ils détruisent leurs propres institutions pour des besoins partisans.
https://thehill.com/homenews/senate/408915-kavanaugh-confirmed-by-senate-judiciary-committee //Flake joue avec nos nerfs et avec le feu mais son astuce qui vise à donner de bonnes excuses aux hésitants pour voter quand même en prétextant que tout et même plus a été fait pour prouver la vraisemblance des accusations. Il peut ainsi dégager le champ pour la vote favorable de Susan Collins et même du Démocrate Joe Manchin.

Kavanaugh vers une confirmation …

 

Le témoignage de Christine Ford n’a pas suffi à assurer la mise en évidence des faiblesses du candidat trumpiste à la Cour Suprême, en partie su fait du manque d’agressivité des sénateurs Démocrates bousculés par la violence de la contre-offensive de leurs collègues Républicains. Même si la confirmation n’est pas complètement acquise elle se précise et fragilise plus le pays dans son ensemble.

Le récit des deux auditions se trouvent un peu partout. Plutôt que le reprendre voici mes notes sur les intervenants importants.

Christine Blasey Ford.

Que Donald Trump ait amèrement reproché à ses collaborateurs de ne pas l’avoir prévenu de la qualité du témoignage de madame Ford dit assez la force de l’impression qu’elle a laissée. Presque trop parfaite elle n’a eu qu’un instant de faiblesse en fin de session quand la procureure de Maricopa l’a interrogée sur sa peur de l’avion alors qu’elle voyage assez souvent. Ce détail en fin d’audition n’a pas eu vraiment d’importance. Vêtue de manière à ne laisser aucun détail distraire de sa parole elle a eu le ton juste d’un bout à l’autre ne faisant ressortir le discours technique de la psychologue qu’en de rares occasion quand il était utile de ne pas laisser Rachel Mitchell développer ses arguments. La relation avec ses avocats m’a étonnée. Je m’attendais à la voir plus proche de la femme que je suppose être Debra Katz à sa droite. Manifestement c’est à Michael Bromwich qu’avait été donné le rôle de conseil durant l’audition. Leurs petites apartés semblaient tout à fait confiantes. Elle a même su prendre subtilement assez de poids sur les débats pour se dégager ses instant de respiration.
Mais le plus important reste son témoignage, sa sincérité, ce qui a frappé les spectateurs et interdit à ses opposants de l’attaquer directement. Si on doit retenir un moment clé il est venu quand interrogée sur le souvenir qui lui est resté de l’agression elle n’a pas hésité à dire « Le rire » et de préciser : le rire des deux personnes qui se moquent de moi. Le souvenir traumatique concentré dans les rires de Brett Kavanaugh et Mark Judge ne pouvait que convaincre.

Brett Kavanaugh.

La dénégation systématique exprimée de manière vive et même violente lui a permis de remonter la pente. Le contraste entre les photos instantanées et la voix du candidat est impressionnant. Si l’on s’en tient aux images Brett Kavanaugh ne donne pas l’image attendue d’un juge suprême capable de prendre de la hauteur sur des sujets d’importance nationale. Elles suffiraient à le disqualifier dans un monde normal.

La tactique consistant à le transformer en victime d’un complot politique était la seule possible.
Brett Kavanaugh a au moins fait le travail minimum qu’il devait accomplir. Il a regonflé la base Républicaine. L’émotion et la colère qu’il a montré visaient surtout cela. Les émotions violentes sont plus faciles à répéter et simuler que la discrétion de la victime toujours tentée de s’excuser.
Une partie au moins de sa colère motivée par le risque de voir s’écrouler l’objectif de toute une vie n’était pas feinte. Un enfant de bonne famille de la capitale, élevé dès le biberon pour arriver au sommet de l’édifice judiciaire, brillant élève, sportif universitaire, enfant gâté de la société ne pouvait qu’être révolté par l’idée de perdre la récompense qu’il pense lui être due. S’il est apparu parfois peu sincère dans ses réponses il a aussi assurément menti, au moins  sur l’alcool, sur la vie agitée de l’époque de ses études. Les sénateurs Républicains lui ont ces moments-là été d’un grand secours.

Rachel Mitchell.

Les Républicains voulaient éviter l’image catastrophique d’une meute de onze vieux mâles blancs s’acharnant sur une victime d’agression considérée comme une héroïne par une partie importante de l’électorat. Ils ont donc demandé à une procureure spécialisée dans les crimes sexuels d’assurer le temps de parole de leurs sénateurs. Habillée elle aussi de manière sobre Rachel lMitdchell a cherché a déroulé son questionnaire procédural comme une technicienne de la justice. Elle a échoué dans une tâche probablement impossible. Le dispositif standard des auditions de commission au Sénat prévoit une succession d’intervention de cinq minutes de sénateurs alternativement de chaque camp. Il était impossible dans ces conditions madame Mitchell de dérouler la dynamique de son entreprise. Il est même arrivé que Chuck Grassley interrompre Christine Ford au milieu d’une réponse. Manifestement Rachel Mitchell allait à la pêche cherchant à faire sortir des contradictions inattendues dans le témoignage de la personne qu’elle interrogeait. de plus interrogeant une victime elle se trouvait dans une situation inverse de sa position habituelle. Elle a fait ce que le dispositif lui autorisait sans arriver à quoi que ce soit de concluant. Lors de la seconde partie, l’audition de Brett Kavanaugh les sénateurs Républicains ont fini par lui reprendre leur temps de parole. Interrogeant celui qui se trouvait en position d’accusé elle risquait de faire surgir les questions gênantes sur la présence des témoins non entendus comme Mark Judge, la boisson  ou le besoin d’une enquête approfondie

Dianne Feinstein.

Je traite souvent la sénatrice Démocrate de Californie de vieille réactionnaire, ce qu’elle est en matière économique. Dans la première partie, l’audition de Christine Ford elle a bien tenu sa place et a même réussi à tenir à distance Chuck Grassley le chef Républicain de la commission. Dans sa campagne de ré-élection elle mène de plus de 10 points devant son adversaire de gauche Kevin de Leon. A 85 ans elle a sans doute assuré hier sa victoire de Novembre. Dans la seconde partie par contre, comme l’ensemble de son camp désarçonné par la violence de la réaction adverse elle n’a pas pu contrer les Républicains et a du les laisser prendre la place de Kavanaugh quand il risquait d’être mis en difficulté.

Kamala Harris, Mazie Hirono, Amy Klobuchar, les autres sénatrices Démocrates.

Durant la première partie elles ont joué juste en restant discrètes et laissant la première place à Christine Ford. Par contre comme l’ensemble des Démocrates elles ont manqué d’agressivité pour faire apparaître les contradictions et les faiblesses du récit du candidat. Elles ou ils se seraient fait rappeler à l’ordre pour sortie du sujet mais la victoire était à ce prix. Sous des apparences offensives l’ensemble des Démocrates a faibli dans le rôle de procureurs qu’il auraient du assumer. S’ils ont perdu c’est là.

Chuck Grassley.

Le leader de la majorité de la commission avait la responsabilité de l’organisation des débats. Il a donc monté le dispositif d’interrogation par une procureure prenant la place des sénateurs Républicains. Cela s’est avéré inefficace mais peut-être n’avait-il pas d’autre solution pour éviter l’image catastrophique que sa meute allait immanquablement donner. La procureure Mitchell ayant été écartée des débats dans la seconde partie elle a quand même assisté les sénateurs après l’audition. Responsable de la débâcle de la première partie Grassley a sauvé les meubles dans la seconde.

Lindsay Graham.

Le plus virulent des sénateurs peut avoir marque le point décisif par son agressivité. Il a remonté son camp, suppléé Kavanaugh quand il faiblissait et même menacé les Démocrates de falsifier les informations quand ils présenteront des candidats à la confirmation dans le futur. Se voit-il déjà dans l’opposition?

Donald Trump.

Après le mouvement de colère causé par la prestation de Christine Ford Donald Trump a retrouvé dans l’agressivité de Kavanaugh et de Lindsy Graham le terrain et la manière qu’il connaît. Il a donc fait savoir à ses troupes qu’il fallait foncer vers la confirmation. Il a au passage évité le pire : élargir le fossé jamais complètement comblé entre lui et l’establishment du parti. Les deux sont toujours liés par le risque de tout perdre mais c’est bien Donald Trump qui a le plus à perdre. La déstabilisation qu’il induit trouvera un jour la limite du support que le parti peut lui donner. Il est le principal responsable de l’agitation par le choix d’un candidat qui lui ressemble.

Mark Judge.

Le grand absent des débats, la copain du temps des études de Brett Kavanaugh et témoin actif cité par Christine Ford aurait été en mesure de changer le contenu des débat s’il avait été entendu. Il a refusé et les Républicains ont tout fait pour qu’il ne le soit pas. On ne sait pas si c’est par crainte qu’il ne soit pas fiable ou qu’il confirme directement ou indirectement les accusations. Son absence et le refus de demander une enquête au FBI sont les points les plus faibles du dossier Républicain ou bien les plus forts car cela permet la dramatisation sur laquelle ils ont joué à fond.

Les options des maîtres de l’agenda.

Les Républicains maîtres du calendrier avaient à choisir entre la fuite en avant vers la nomination, le retrait immédiat ou la temporisation.

La Nomination expresse.

Elle apparaît comme la piste la plus probable. Elle passe par le vote de la commission ce Vendredi suivie des étapes procédurales indispensables pour amener le vote en session plénière du Sénat. Les formalités du processus ne permettent guère d’envisager ce scrutin définitif avant mardi matin.
En commission le seul Républicain apparemment encore dans le doute est Jeff Flake qui pourrait faire échouer l’entreprise. La candidature ne serait pas retirée mais devrait suivre un autre parcours pour arriver à terme. Il est improbable que Flake, quoi qu’il pense sur le fond s’oppose à son parti. S’il vote oui aujourd’hui il aura du mal à voter non Mardi. Si l’on admet que tous les Démocrates votent contre Kavanaugh c’est encore sur Susan Collins et Lisa Murkowski que reposera la décision. Un vote négatif serait sinon une déclaration de guerre à Donald Trump au moins un défi frontal. Le chemin parait donc assez ouvert vers la nomination. Murkowski est en général considérée comme la plus indépendante.
Du côté Démocrate le seul hésitant semblait être Joe Manchin mais après le témoignage de Christine Ford et le refus obstiné des Républicains d’ouvrir la voie à une enquête du FBI le choix le plus sûr est de voter contre la nomination. Comme Doug Jones le sénateur de l’Alabama qui a annoncé son choix après les audition
Dans ce cas les ennuis pourraient venir ensuite. Il est incontestable que le processus agité de la nomination, les accusations cintre Kavanaugh qui ne disparaîtront pas du jour au lendemain vont peser. Un « Justice », juge à la Cour Suprême, poursuivi par des casseroles susceptibles de le mettre en danger de destitution ne plaira pas au « Chief Justice » Roberts très attaché à la créd=bilité de sa cour. C’est bien la Cour qui souffrira de la nomination de Kavanaugh et avec elle l’ensemble du système démocratique.

Le retrait rapide.

A peu près exclu par l’injonction trumpienne elle paraissait selon certain comme Nate Silver de FiveThirtyEight comme la solution la moins dangereuse pour les Républicains. Le sénateur démocrate de l’Oregon, Jeff Merkley, leur a même tendu une perche il y a quelques jours. Il a déposé une plainte pour faire arrêter le processus en raison des irrégularités dans la livraison des informations au Sénat avant le début des auditions.

La temporisation.

Temporiser et demander une enquête au FBI seule instance en position de la mener aurait été la manière la plus assurée de calmer le jeu. L’hostilité de Donald Trump envers le FBI et le sentiment d’urgence des Républicains anxieux du résultat des élections de mi-mandat qui pourraient leur faire perdre une partie de leurs positions parlementaires barrent cette option.

Et maintenant.

Chaque camp peut penser avoir gagné sa bataille. Le premier verdict tombera le 6 Novembre.
Mais il est certain que l’affaire Kavanaugh n’est pas terminée et que même en l’absence d’information spectaculaire dans les prochains jours la longue carrière de « Justice Kavanaugh » est tout sauf garantie.
Et le pays encore un peu plus fracturé a peut-être entamé la déconstruction de ses institutions.

 

Mes liens et notes d’hier.

 27/09/2018
https://www.npr.org/2018/09/26/651545283/watch-live-trump-holds-press-conference-at-u-n //Quand Trump commence a émettre des doutes et pouvoir être convaincu par la déposition de Christine Blasey Ford il ouvre la porte à une retraite ordonnée. Les vent aurait-il tourné? Il dit cela dans la même conférence de presse où il soutient à fond Brett Kavanaugh pas à une contradiction près.
https://thehill.com/homenews/senate/408587-grassley-says-kavanaugh-hearing-will-go-on-amid-latest-allegation //Les Républicains hésitent encore à poursuivre les auditions des nouveaux témoins en particulier la cliente de Michael Avenatti. Pourront-ils vraiment esquiver?
https://thehill.com/homenews/administration/408669-wh-aides-told-doj-official-to-prepare-to-take-over-rosensteins-job //Rosenstein est bien en route vers la sortie. Le remplaçant serait Matthew Whitaker le chef de cabinet du Ministre de la Justice Jeff Sessions. Whitaker a déjà déclaré que pour lui le périmètre de l’enquête Mueller exclut les finance sde la famille TRump.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/nbc-news-just-reported-senators-are-looking-into-another-brett-kavanaugh-misconduct-allegation/ //Un nouveau témoignage plainte, anonyme celui-là témoigne de l’alcoolisme et de l’agressivité de Brett Kavanaugh.
https://www.vox.com/2018/9/26/17907748/brett-kavanaugh-fourth-allegation-senate-confirmation //Serait-ce un contre-feu Républicain pour démontrer que la campagne contre Brett Kavanaugh est un amoncellement de mensonges et de calomnies anonymes.
https://newrepublic.com/minutes/151416/republicans-muddy-waters-kavanaugh-hearings-dumping-dubious-allegations //Come le confirme Jeet Heer il doit s’agir d’une campagne destiné à noyer le poisson sous des tas d’allégations douteuses.
https://thinkprogress.org/kavanaugh-dr-christine-blasey-ford-sworn-affidavits-sexual-assault-allegation-133dafef0a95/ //La défense méthodique de Christine Blasey Ford bouche les trous de la défense de Brett Kavanaugh et rend le travail de ses soutiens plus difficile sur plusieurs points. Elle a dénoncé en privé l’agression depuis des années. La réputation de buveur du juge date bien de ses années de lycée.
https://thinkprogress.org/survivors-are-watching-kavanaugh-ford-hearing-ec8e3274105a/ //Les sénateurs Républicains prêteront-ils attention aux effets de leurs interventions sur les victimes qui leur verront prendre la défense d’un agresseur?
https://thinkprogress.org/trump-kavanaugh-press-conference-accusers-6786d512167d/ //La question du rapport entre les sexes et de la violence sexuelle est bien au centre de l’affaire.
https://www.truthdig.com/articles/women-roar-in-the-face-of-men-like-trump-kavanaugh-cosby/ //L’affaire Kavanaugh serait-elle le dernier soubresaut d’un suprémacise mâme aux abois?
https://www.alternet.org/news-amp-politics/news-report-1990-warned-sexual-or-violent-behavior-surrounding-drunken-parties //Un rapport publié en 1990 valide les informations sur le contexte des années 1980 dans les écoles dont faisait partie la Geiorgestown Prep de Brett Kavanaugh. Les beuverie et les excès sexuels y étaient monnaie courante. Le rapport demandait aux parents de pré^ter une particulière attention au comportement de leurs enfants.
https://www.alternet.org/news-amp-politics/mark-judge-girlfriend-approaches-senate-fbi //Si Mark Judge ne veut pas parler un des petites amies de l’époque Elizabeth Rasor se dit prête à déposer devant la commission sénatoriale ou le FBI.
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/i-am-spartacus-brett-kavanaugh-edition/ //Les contre-feux et les confirmations continuent d’alimenter le débat. On ressort le « vrai coupable » de l’agression de CHristine Blasey Ford. Voilà qui indiquerait que l’agression n’est pas mise en doute.
https://newrepublic.com/article/151411/conservatives-want-kavanaugh-costs //La longue histoire de la poursuite du rêve réactionnaire d’une Cour Suprême ancrée solidement à droite semble enfin à portée après des dizaines d’années de ratés et des occasions déçues par des juges nommés par les Républicains qui se révèlent infidèles. Dans un contexte d’évolution démographique, sociétale et religieuse connue comme défavorable à la droite la prise de l’organe de pouvoir ultime et durable constitue un objectif crucial.
https://www.mediamatters.org/video/2018/09/26/laura-ingraham-i-believe-reason-george-soros-involved-because-christine-blasey-fords-social-media/221461 //Le désespoir de la droite extrême télévisuelle lui fait plonger jusqu’à l’absurdité dans le conspirationnisme sans rime ni raison. Laura Ingraham détecte la patte de Georges Soros, un des ennemis favoris des ces excités, dans l’absence de photos de Christine Blasey Ford. Va-t-elle bientôt nous dire que la victime n’existe pas et que c’est une comédienne qui est auditionnée au Sénat. 
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/trumps-astounding-press-conference-annotated/571486/ //Le pathétique effort de la droite No-trumpienne fait peine àà lire.
https://newrepublic.com/minutes/151416/republicans-muddy-waters-dumping-anonymous-allegations-kavanaugh
https://thehill.com/hilltv/rising/408705-avenatti-says-third-kavanaugh-accuser-willing-to-undergo-polygraph-if-he-does //Etant donné ce que l’on a vu de Brett Kavanaugh en audition ceci pourrait bien être une brillante idée. Ils vont devoir le droguer un max pour qu’il n’échoue pas.
https://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/408680-third-kavanaugh-accuser-gives-first-tv-interview //L’offensive continue en prenant toujours les R. à contre pied. Dès qu’un témoin à parlé un autre prend le relais.
https://thehill.com/homenews/senate/408789-gop-senator-calls-ford-credible //La br^che est ouverte. Brett Kavanaugh l’a élargie en contre-attaquant frontalement. Il ne paut pas dire carrément « Elle ment » mais il doit le proclamer de toutes ses forces. Plus les positions sont incompatibles et plus il est impossible aux Républicains de continuer le processus sans au mpins une enquête complémentaire. En fait la seule solution gérable pour eux est de retirer en douceur la candidature et de faire passer un autre juge (Amy Barrett) avant Janvier au cas où ils perdraient le Sénat. Ils peuvent passer en force et confirmer Kavanaugh dans la foulée mais les dégâts dans l’opinion seront faits et la crédibilité d’une Cour Suprême composée dans ces conditions sera invitablement entamée. 
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/lindsey-graham-threatens-to-falsify-accusations-of-assault-against-democratic-supreme-court-nominees/ //Incroyable, sentant la nomination leur échapper les R2publicains menacent de saboter le processus de désignation quand les Démocrates proposeront un candidat. Cela signifie-t-il qu’il se voit déjà dans l’opposition?
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/27/17910214/christine-blasey-ford-senate-testimony-brett-kavanaugh-hearing
https://www.thenation.com/article/senator-merkley-is-suing-to-halt-the-lawless-kavanaugh-confirmation-process/ //Un démocrate au secours des Républicains? La plainte déposée par Jeff Merkley sénateur de l’Oregon pour faire cesser le processus au nom des vices de procédure, 
https://www.salon.com/2018/09/27/a-public-relations-disaster-fox-news-declares-christine-blasey-fords-testimony-credible/ //Encore un Rep. qui veut éviter ke pire et penche pour une enquête complémentaire. Mais il n’est pas sénateur.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/blasey-fords-shining-moment-grassleys-catastrophe
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/kavanaugh-wrapup/

 

Christine Blasey Ford

Je n’ai pu regarder que le début de l’audition de Christine Blasey Fored devant la commisssion juridique du Sénat en raison d’engagements obligatoires. J’y reviendrait donc en détail après avoir tout visionné.

J’ai été frappé par la structure tactique du débat. Les Républicains ont choisi de faire poser les questions au noms des vieux mâles blancs qui constituent leur équipe à la commission par Rachel Mitchell, procureure spécialisée dans les violences sexuelles aux enfants. Dès la première image on comprend pourquoi ils ont choisi cette femme aux allures de mémère de famille tranquille habillée comme dans sa cuisine. Elle commence par établir une relation de confiance sinon cordiale avec le témoin et se tient à remplir systématiquement son questionnaire  préparée. Elle doit absolument effacer l’image d’agressivité masculine qui sous-tend obligatoirement la démarche Républicaine.. Grassley et les autre sénateurs Républicains ont pour constante de mettre les deux témoins, Ford et Kavanaugh. sur un pied d’égalité et de rappeler que Ford a attendu de longues années avant de s’exprimer. Chaque sénateur Démocrate ramène le débat sur les agressions dont sont victime les femmes et la courage de Ford. Au passage chacun porte au dossier son lot de dizaines ou de centaines de lettres de soutien.

A suivre tout à l’heure.

Kavanaugh, et maintenant l’intox à la rescousse des Républicains.

En attendant Christine Blasey Ford.

Les heurs qui précèdent l’audition de Christine Blasey Ford font monter la tension. Les enjeux de la nomination sont augmentés par les élections qui suivent en Novembre que les électeurs du parti Républicain pourraient bouder en cas de défaite bien que cela semble assez improbable. Les analystes de FiveTHirtyEighr étaient assez divisés sur la question. Les sénateurs Démocrates susceptibles de voter pour Kavanaugh semblent plutôt pencher pour le non. Ils ont autant à perdre de leurs propres électeurs s’ils votent oui que des autres s’ils votent non. Ils ne font d’ailleurs pas partie de la commission qui doit voter sur la poursuite du processus demain matin avant un possible vote de l’ensemble du Sénat Mardi.

Quelques fêlures dans les certitudes Républicaines.

Les nouveautés sont plutôt venues du camp Républicains dans les dernières heures. Tout en maintenant la volonté de faire aboutir la nomination ils ont émis quelques doutes. Même Trump a laissé échapper dans une conférence de presse aussi bric-à-brac que d’habitude qu’il pourrait être convaincu par le témoignage de madame Ford. Les motivations du passage en force dépasse le seul enjeu électoral de Novembre. Matt Ford de « The New Republic » a résumé ici la longue attente par la droite d’une Cour acquise à leur cause. De déception en déception ils ont vu des juges attendus comme réactionnaires trahir leur espoirs. Cette fois DOIT être la bonne. Dans un contexte d’évolution démographique, sociétale et religieuse connu comme défavorable à la droite la prise de l’organe de pouvoir complète et durable constitue un objectif crucial.

La guerre de l’information à son plus bas.

Et faute de mieux on se lance à corps perdu dans l’intoxication. Laura Ingraham n’est pas à son coup d’essai sur Fox News. Le désespoir de la droite extrême télévisuelle la fait plonger jusqu’à l’absurdité dans le conspirationnisme sans rime ni raison. Laura Ingraham détecte la patte de Georges Soros, un des ennemis favoris des ces excités, dans l’absence de photos de Christine Blasey Ford. Va-t-elle bientôt nous dire que la victime n’existe pas et que c’est une comédienne qui est auditionnée au Sénat?

Une autre nouvelle a provoqué des commentaires variés ce matin. Un sénateurs Républicain fait état d’une dénonciation anonyme reçue au téléphone dévastatrice pour Kavanaugh. Pour certains c’est la preuve ultime qui manquait. Pour d’autres comme Jeet Heer de « The New Republic »  dont j’ai tendance à partager l’opinion ce serait une intox destinée à être démontée et utilisée pour semer le doute sur toutes les accusations contre leur champion. Cette nouvelle accusation concerne un comportement alcoolisé et violent de Kavanaugh en 1998, soit six ans au moins après les faits dénoncés par madame Ford. Brett Kavanaugh serait alors en flagrant délit de mensonge aggravé. Trop beau pour être vrai. Il semble que les sénateurs Républicains n’aient pas hésité à enquêter sur cette nouvelle information plutôt que sur celles apportées par Michael Avennati. Indice complémentaire qu’elle soit suspecte.

Il n’y aura sans doute pas de nouvelle bombe avant l’audition de Christine Blasey Ford alors écoutons-la.

Mes liens et notes sur le sujet.

26/09/2018
https://www.npr.org/2018/09/26/651647131/poll-nearly-6-in-10-to-closely-watch-kavanaugh-ford-hearing-many-undecided-on-tr 58% disent voiloir regarder l’audition ce qui est déjà un succès pour la défense de Christine Blasey Ford et préviendra les abus trop grossiers de la part des Républicains et leur avocat. Une majorité relative (32%) la croit alors qu’une minorité (26%) croit Kavanaugh. Les indécis sont donc 42%. EN fait tout le monde sait qu’elle n’a aucune raison d’inventer cette histoire et tout à y perdre comme le rappelait Kevin Drum de Mother Jones.De même une majorité relative (43%) pense qu’il ne devrait pas être nommé contre une minorité (38%) qui pense que le processus devrait se poursuivre. Par rapport à la confrontation entre Clarence Thomas et Anita Hill en 1991 les proportions sont inversées. La division traverse la société dans son ensemble principalement corrélée avec le sexe. La popularité de Kavanaugh reste négative (-37/+31). Les nommés à ce niveau d’impopularité, Harriet Miers et Robert Bork ont été recalés. L’affaire resserre les rangs des électeurs Républicains qui se rassemblent autour des candidats du Parti. Les élections de Novembre vont donc se jouer chez les non-affiliés et sur la mobilisation des Démocrates.
https://www.npr.org/2018/09/26/651185105/theres-a-500-000-gender-gap-when-it-comes-to-campaign-fundraising Les femmes candidates sont plus nombreuses mais recueillent moins d’argent dans les collectes de fonds électorales.
https://www.npr.org/2018/09/25/651085628/is-the-record-number-of-women-candidates-a-2018-blip-or-a-lasting-trend //le bond des candidatures de femmes est spectaculaires en général mais surtout chez les Démocrates. L’effet Clinton-Trump y est sans doute pour quelques chose.
https://thehill.com/homenews/news/408490-avenatti-releases-clients-identity-allegations-against-kavanaugh //L’Avenatti circus est en marche. Kavanaugh semble bien mince pour l’arrêter. L’avocat-spectacle contre le diplômé de Yale toiletté pour la Cour Suprême. Qui croyez-vous gagnât? Les circonstances font bien les choses. Avenatti ne représente pas une nouvelle victime de Kavanaugh mais, plus deommageable à terme un témoin que l’on espère crédible, des mensonges de Kavanaugh sur sa vie d’étudiant. Il va devenir impossible de ne pas diligenter une réelle enquête judiciaire sur le bonhomme. Les mensonges finiront par être plus dommageables que la réalité de l’agression contre Christine Blasey Ford. Ce qui la soulagerait de la charge d’être le témoin qui a fait tomber le poulain de Trump. Et Murkowski a dit qu’une enquête du FBI pourrait faire la lumière sur le sujet.https://thehill.com/homenews/administration/408466-trump-i-wouldve-pushed-kavanaugh-confirmation-a-lot-faster //Le président aurait préféré que le Sénat confirme Kavanaugh plus vite. Tu parles Charles, maintenant qu’il s’agir de sauver une ambulance bientôt devenue corbillard tu peux rejeter to ereur de casting sur tes copains. Eux aussi auront de la mémoire l’année prochaine quand il s’agira de nommer un candidat ou de voter sur les résultats de l’enquête Mueller.
https://theintercept.com/2018/09/25/brett-kavanaugh-accusations-mark-judge/ //Kavanaugh arrivera-til à semer le ruban adhésif Mark Judge? Les ttémoins de l' »poque décrivent B.K. comme un gros buveur capable de boire à en perdre le contrôle. Encore une fois plus que les faits remontant à une période de jeunesse lointaine et très différentes dans ses standards importe moins que le fait d’avoir menti sur sonn passé. UN juge à la COur Suprême ne peut être suspect de travestir la vérité car il dit le droit au plus haut niveau et son avis peut conditionner jusqu’à la vie ou la mort de ses concitoyens.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/mark-judge-lawyer-he-wont-say-anything-until-the-kavanaugh-confirmation-process-ends/ //Qui ne dit mot consent? Judge a décampé de Washington pour ne pas être rattrapé par les juges ou les journalistes et laisser son avocat traiter le sujet.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/kavanaugh-says-the-claims-against-him-are-uncorroborated-legally-speaking-thats-not-true/ //B.K. en arrive même à perdre le contrôle de son langage juridique.
https://www.vox.com/2018/9/26/17906540/trump-kavanaugh-accusations-avenatti //Fidèle à ses proclamations, pas ses actions, antérieures Trump tente de nier, nier, nier et conseille, ordonne à ses alliés d’en faire autant. Il sait que commencer à admettre un début ou une part de responsabilité mène à l’aveu ou la mise en évidence de la culpabilité. Or il est impossible par défibition ou par nature qu’il perde la face. Au pire il finit par transiger devant la justice et passe des accords mais cette possibilité n’existe pas dans le cas présent. Il perd ou il gagne.
https://www.vox.com/2018/9/26/17902190/brett-kavanaugh-confirmation-vote-count-senator //The usual suspects plus Bill Nelson and Jon Tester for electoral reasons.
https://www.vox.com/2018/9/26/17906226/brett-kavanaugh-written-testimony-sexual-assault //Prêt à admettre des écarts, plus que dans ses déclarations précédentes mais pas les agressions à caractère sexuelles. Un début de glissement destiné à consolider l’affirmation que rien de ce quit Christine Blasey Ford n’est juste. Il commence d’ailleurs à mettre en doute sa soncérité,chose qu’il ne faisait pas jusque-là. Il est fidèle à la méthode de son maïtre Trump (nier, nier, nier, toujours) mais il devrait savoir avec son expérience de juge qu’un jour la corde rompt.
https://www.thenation.com/article/what-the-worst-of-sports-taught-brett-kavanaugh-and-what-it-still-teaches-today/ //Sans intervenir sur le contenu de l’affaire le spécialiste des sport à The Nation explique que la pratique des sports (football américain et basket en particulier) dans les institutions éducatives mène aux agressions sexuelles car elle forme des dominants qui peuvent se croire tout permis, qui agissent en bande et sont protégés par les institutions qu’ils représentent.
https://slate.com/news-and-politics/2018/09/julie-swetnick-third-brett-kavanaugh-accuser.html //En fin de compte Avenatti avait bien des biscuits et pas seulement envie de revenir en pleine lumière. L’édifice des accusations contre B.K. se construit une pierre après l’autre. Au point que le témoignage de Christine Blasey Fod devient presque secondaire. Les pratiques supposées de Mark Judge et Brett Kaanaugh accusent aussi tout un pan du système éducatif qui apparaît comme une machine à fabriquer su suprémaciste mâle.
https://www.alternet.org/news-amp-politics/heres-why-we-should-take-michael-avenatti-seriously-despite-his-antics //Avenatti a déjà marqué des points contre Donald Trump. Il a causé le retournement de Michael Cohen qui en sait beuacoup sur les affaires de la famille Trump et sans doute en particulier sur les filières d’argent russe. Il a su faire tomber les accusations contre sa cliente Stormy Daniels. Il a mis au grand jour le montage financier utilisé pour lui payer une somme destinée à acheter le silence sur sa relation avec Donald Trump. Même s’il est un fanfaron qui son cinéma il sait aussi se monter efficace dans ses campagnes.
https://slate.com/news-and-politics/2018/09/brett-kavanaugh-julie-swetnick-maryland-investigation.html //Le témoignage de Julie Swetnick sous serment dans l’état du Maryland où il n’y a pas de prescription pour les crimes sexuels devrait obliger à l’ouverture d’une enquête. Si c’est le cas le processus de confirmation ne peut moralement se poursuivre et il serait plus sage pour Trump et les Républicains ou Kavanaugh lui-même de retirer la candidature. Mais Trump comprend-il le mot sagesse?
https://www.salon.com/2018/09/26/republicans-hire-a-female-assistant-to-grill-brett-kavanaughs-accuser-who-is-rachel-mitchell/ //Comme on pouvait s’y attendre les R. ont choisi une procureure femme pour interroger Christine Blasey Ford. Assez peu connue elle passe pour une bonne spécialiste des affaires d’agressions sexuelles sans préjugés particuliers.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/this-is-a-very-weird-and-suspect-choice //Mais le choix de cette femme ne se fait pas au hasard. Alors que Christine Blasey Ford est âgée de plus de cinquante ans Rachel Mitchell est une spécialiste des agressions contre les enfants. Elle est connue pour son expertise en matière de fiabilité des témoignages d’enfants et de la mémoire des traumatismes anciens. Y aurait-il un plan des Républicains pour mettre en doute techniquement le témoignage de madame Ford?
http://prospect.org/article/trump-and-kavanaugh-sexualized-dominance-and-executive-power //N’oublions pas que derrière le basculement complet à droite de la Cour Suprême on trouve la grâce ultime pour que Donald Trump échappe à la condamnation.
https://thinkprogress.org/kavanaugh-dr-christine-blasey-ford-sworn-affidavits-sexual-assault-allegation-133dafef0a95/ //Quatre témoignages écrits sous serment confirme que Christine Blasey Ford leur.K.
https://www.commondreams.org/news/2018/09/26/after-latest-sexual-assault-allegation-sen-merkeley-announces-lawsuit-against //Enfin un sénateur Démocrate, Jeff Merkley de l’Oregon qui s’était déjà déjà manifesté dans la procédure entame une action en justice pour faire cesser la procédure de confirmation. La procédure qu’il introduit ne porte pas sur les récentes révélations mais sur l’obstruction préliminaire qui a consisté à ne pas fournir la plus grande partie des documents relatifs à la carrière judiciaire de Brett Kavanaugh. Au vu des événements récents on peut en effet se demander si ces documents n’auraient pas permis de découvrir plus tôt et moins dramatiquement la vérité, quelle qu’elle soit.
https://www.alternet.org/trump-hijacked-govts-transparency-process-0 //Avec la réunion Trump-ROsenstein demain la purge du Ministère de la Justice, du FBI et de l’enquête sur l’ingérence russe se poursuit. Après Robert McCAbe et avant Brux Ohr (le responsable de l’enquête du FBI sur les liens de Trump avec le crime organisé russe avant l’enquête de Robert Mueller) le scénario de l’opération ne se présente pas comme celui du Massacre du Samedi soir de Nixon qui consistait à éliminer en cascade les dirigeant du ministère jusqu’à trouver qui serait assez servile pour exécuter les basses œuvres. Il pourrait s’agir dans l’esprit de Donald Trump d’éliminer les gens qui ne sont pas de son bord au nom de la transparence. La déclassification des dossiers relatifs à la campagne électoral de 2016 permet de mettre au grand jour les opinions partisanes de certains agents du FBI. Ils sont virés (McCabe et Strozk). Et on continue. Mais on revient sur la décision de tout déclassifier dès le but est atteint, sous prétexte desécurité nationale.
https://talkingpointsmemo.com/news/panicked-spox-for-group-backing-kavanaugh-struggles-to-maintain-support //Et toute la galaxie Kavanaugh tremble. La porte-parole d’un groupe qui de conseil juridique de la droite, « Judicial Crisis Network », commence à être moins affirmatif dans son soutien et admet qu’il faut investiguer toutes les pistes.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/a-ready-willingness-to-lie //Sa faciliter à mentir va tuer Kavanaugh. Il est impossible de prouver de manière certaine la réalité des agressions dont il est accusé mais sa version du garçon écolier assidu qui va à la messe et fait partie du chœur sans jamais boire d’alcool est déjà impossible à croire. Les témoignages croisés et les documents comme les annuaires étudiants que lui et son compère Mark Judge tenaient montrent qu’il était un grand buveur et un buveur agressif en état d’ébriété. Plus que les agressions les mensonges de ces derniers jours devraient le condamner. Ces mensonges s’ajoutent aux lourds soupçons qui ont déjà fait l’objet des questions lors de la phase initiale des auditions de la part des sénateurs Démocrates. La propension d’un aspirant à la fonction de juge suprême à mentir à ce point pose le réel problème, même au yeux de ses partisans. Ou le devrait. Nous vivons dans le monde de Trump. Les mensonges avérés sur des faits qui peuvent paraître mineurs et n »auraient pas entravé sa nomination rendent ses dénégations suspectes sur les autres sujets. Même s’il est confirmé il ne sera pas crédible et il faudra choisir entre la respectabilité de la Cour Suprême et la présence en son sein de Brett Kavanaugh.
https://talkingpointsmemo.com/dc/judiciary-republicans-pushing-for-sworn-statement-from-latest-kavanaugh-accuser //Des remous apparents au GOP. Après une réunion anormalement longue ils annoncent vouloir entendre les nouveaux témoins.
https://talkingpointsmemo.com/livewire/ramirezz-lawyer-goes-directly-to-fbi-to-request-probe-of-accusation //Dès qu’une enquête sera ouverte le processus de confirmation ne pourra plus décemment continuer sans tourner en ridicule les institutions de la République.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/christine-blasey-brett-kavanaugh-sworn-statement-calendar/ //Les gens prennent des risques pour soutenir les affirmations de Christine Blasey Ford.
https://slate.com/news-and-politics/2018/09/brett-kavanaugh-roe-wade-fifth-circuit.html //Kavanaugh, ou le juge que Trump présentera à sa place, n’est pas encore confirmé que les procédures pour défaire Roe v. Wade commencent déjà dans lels états. Ainsi l’escalade des appels vers la Cours Suprême pourra commencer et arriver dans une SCOTUS prêtes à les entendre favorablement.
https://www.salon.com/2018/09/26/wtf-is-wrong-with-kavanaugh-even-conservative-bro-culture-might-not-save-him-now/ Lucian Truscott a trouvé le plus grave de l’affaire Kavanaugh. Ce que cela nous dit sur le monde où l’impunité des puissants, violeurs intouchables de la caste des mecs élevés pour être les puissants domine.
https://www.salon.com/2018/09/26/trump-on-kavanaugh-allegations-george-washington-may-have-had-a-bad-past/ //La conférence de presse comme d’habitude décousue de Donald Trump saute du coq-à-l’âne, de Georges Washington qui a peut-être été un mauvais garçon dans sa jeunesse à la possibilité de comprendre Christine Blasey Ford.
https://www.salon.com/2018/09/26/gop-will-still-confirm-brett-kavanaugh-because-of-allegations-not-in-spite-of-them/ //Confirmer Kavanaugh pour faire taire #MeToo en consacrant le monde des suprémaciste mâles blancs.
http://prospect.org/article/trump-and-kavanaugh-sexualized-dominance-and-executive-power //Adèle M. Stan de American Prospect. L’affaire Kavanaugh suite logique de #MeToo et de la bande « Hollywood Tape » où on entendait Donald Trump se vanter de ses prouesses masculines. L’annuaire étudiant de Brett Kavanaugh mêle les photos du groupe de jouers de football américains et les allusions aux relations avec les filles.
27/09/2018
https://www.npr.org/2018/09/26/651545283/watch-live-trump-holds-press-conference-at-u-n //Quand Trump commence a émettre des doutes et pouvoir être convaincu par la déposition de Christine Blasey Ford il ouvre la porte à une retraite ordonnée. Les vent aurait-il tourné? Il dit cela dans la même conférence de presse où il soutient à fond Brett Kavanaugh pas à une contradiction près.
https://thehill.com/homenews/senate/408587-grassley-says-kavanaugh-hearing-will-go-on-amid-latest-allegation //Les Républicains hésitent encore à poursuivre les auditions des nouveaux témoins en particulier la cliente de Michael Avenatti. Pourront-ils vraiment esquiver?
https://thehill.com/homenews/administration/408669-wh-aides-told-doj-official-to-prepare-to-take-over-rosensteins-job //Rosenstein est bien en route vers la sortie. Le remplaçant serait Matthew Whitaker le chef de cabinet du Ministre de la Justice Jeff Sessions. Whitaker a déjà déclaré que pour lui le périmètre de l’enquête Mueller exclut les finance sde la famille TRump.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/nbc-news-just-reported-senators-are-looking-into-another-brett-kavanaugh-misconduct-allegation/ //Un nouveau témoignage plainte, anonyme celui-là témoigne de l’alcoolisme et de l’agressivité de Brett Kavanaugh.
https://www.vox.com/2018/9/26/17907748/brett-kavanaugh-fourth-allegation-senate-confirmation //Serait-ce un contre-feu Républicain pour démontrer que la campagne contre Brett Kavanaugh est un amoncellement de mensonges et de calomnies anonymes.
https://newrepublic.com/minutes/151416/republicans-muddy-waters-kavanaugh-hearings-dumping-dubious-allegations //Come le confirme Jeet Heer il doit s’agir d’une campagne destiné à noyer le poisson sous des tas d’allégations douteuses.
https://thinkprogress.org/kavanaugh-dr-christine-blasey-ford-sworn-affidavits-sexual-assault-allegation-133dafef0a95/ //La défense méthodique de Christine Blasey Ford bouche les trous de la défense de Brett Kavanaugh et rend le travail de ses soutiens plus difficile sur plusieurs points. Elle a dénoncé en privé l’agression depuis des années. La réputation de buveur du juge date bien de ses années de lycée.
https://thinkprogress.org/survivors-are-watching-kavanaugh-ford-hearing-ec8e3274105a/ //Les sénateurs Républicains prêteront-ils attention aux effets de leurs interventions sur les victimes qui leur verront prendre la défense d’un agresseur?
https://thinkprogress.org/trump-kavanaugh-press-conference-accusers-6786d512167d/ //La question du rapport entre les sexes et de la violence sexuelle est bien au centre de l’affaire.
https://www.truthdig.com/articles/women-roar-in-the-face-of-men-like-trump-kavanaugh-cosby/ //L’affaire Kavanaugh serait-elle le dernier soubresaut d’un suprémacise mâme aux abois?
https://www.alternet.org/news-amp-politics/news-report-1990-warned-sexual-or-violent-behavior-surrounding-drunken-parties //Un rapport publié en 1990 valide les informations sur le contexte des années 1980 dans les écoles dont faisait partie la Geiorgestown Prep de Brett Kavanaugh. Les beuverie et les excès sexuels y étaient monnaie courante. Le rapport demandait aux parents de pré^ter une particulière attention au comportement de leurs enfants.
https://www.alternet.org/news-amp-politics/mark-judge-girlfriend-approaches-senate-fbi //Si Mark Judge ne veut pas parler un des petites amies de l’époque Elizabeth Rasor se dit prête à déposer devant la commission sénatoriale ou le FBI.
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/i-am-spartacus-brett-kavanaugh-edition/ //Les contre-feux et les confirmations continuent d’alimenter le débat. On ressort le « vrai coupable » de l’agression de CHristine Blasey Ford. Voilà qui indiquerait que l’agression n’est pas mise en doute.
https://newrepublic.com/article/151411/conservatives-want-kavanaugh-costs //La longue histoire de la poursuite du rêve réactionnaire d’une Cour Suprême ancrée solidement à droite semble enfin à portée après des dizaines d’années de ratés et des occasions déçues par des juges nommés par les Républicains qui se révèlent infidèles. Dans un contexte d’évolution démographique, sociétale et religieuse connue comme défavorable à la droite la prise de l’organe de pouvoir ultime et durable constitue un objectif crucial.
https://www.mediamatters.org/video/2018/09/26/laura-ingraham-i-believe-reason-george-soros-involved-because-christine-blasey-fords-social-media/221461 //Le désespoir de la droite extrême télévisuelle lui fait plonger jusqu’à l’absurdité dans le conspirationnisme sans rime ni raison. Laura Ingraham détecte la patte de Georges Soros, un des ennemis favoris des ces excités, dans l’absence de photos de Christine Blasey Ford. Va-t-elle bientôt nous dire que la victime n’existe pas et que c’est une comédienne qui est auditionnée au Sénat.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/trumps-astounding-press-conference-annotated/571486/ //Le pathétique effort de la droite No-trumpienne fait peine àà lire.
https://newrepublic.com/minutes/151416/republicans-muddy-waters-dumping-anonymous-allegations-kavanaugh

Une ruse grossière pour décrédibiliser Christine Blasey Ford ?

Le choix annoncé par les Républicains de Rachel Mitchell pour interroger Christine Blasey Ford n’a pas manqué de susciter des question. Le choix d’une femme destiné à amoindrir l’allure de tribunal faisant comparaître une accusée devant un groupe de vieux mâles Républicains na pas étonné. La qualification de cette bonne spécialiste des affaires d’agressions sexuelles sans préjugés particuliers parait apriori correct. Elle vient d’Arizona mais ne s’est jamais signalé par des vues particulièrement partisanes. Elle profite d’une bonne réputation dans son travail, sans concession contre les accusés d’agressions contre des enfants.

Et les choses deviennent ici plus intéressantes comme le fait remarquer Josh Marshal de TalkingPointMemos. Alors que Christine Blasey Ford est âgée de plus de cinquante ans Rachel Mitchell est une spécialiste des agressions contre les enfants. Elle est connue pour son expertise en matière de fiabilité des témoignages d’enfants et de la mémoire des traumatismes anciens. Y aurait-il un plan des Républicains pour mettre en doute techniquement le témoignage de madame Ford et la faire passer pour une victime dont la mémoire a perdu la trace exacte de faits qui présentent peut-être un fond de vérité mais que les années et la brutalité de l’événement ont rendu incorrects. Les accusateurs éviteraient de passer pour des bourreaux et la victime seraient ridiculisée. Mais surtout Brett Kavanaugh serait blanchi même si ce peut être au bénéfice du doute.

Je ne connais pas madame Ford mais une chercheuse en psychologie de 51 ans qui a fait ce chemin pour accepter de venir au Sénat affronter une audience qui l’oppose à travers la chambre haute du Congrès au président des États-Unis d’Amérique n’est sans doute pas la victime expiatoire rêvée. Elle mérite de toutes façons le respect.

Les événements se précipitant dans ce dossier j’ai choisi de publier ce court billet et de préparer la suite plus calmement. Plus que jamais à suivre…

 

Kavanaugh, suite et toujours pas fin.

La situation évolue et devient très intéressante mais les incertitudes demeurent voire grandissent.
Avec des hésitations marquées des deux sénatrices Républicaines susceptibles de faire la différence les doutes sur le résultat du processus de nomination montent.

Les Républicains à fond dans la fuite en avant vers la confirmation.

Mitch McConnnell, le « Leader of the Senate Majority », maître constitutionnel de l’agenda du Sénat a affirmé disposer des votes pour la confirmation de Brett Kavanaugh. On ne sait pas si le vieux renard bluffe, s’il fait de l’esbrouffe pour impressionner ses collègies hésitants ou s’il manœuvre de manière plus subtile comme le suggère Nate Silver de FiveThityEight.
Le planning s’éclaircit avec un weekend de maintien en session du Sénat pour un vote définitif Mardi 2 Octobre sous réserve des obstructions que les sénateurs Démocrates arriveront à mettre sur la route. La version officielle et le message envoyé aux électeurs Républicains de Novembre est « On ne lâche rien ».

Les sénateurs Républicains annoncent avoir engager un procureur extérieur pour interroger Chritine Blasey Ford, un spécialiste des affaires d’agression sexuelles. Nul doute qu’ils vont essayer de tout faire pour la « tuer » moralement, la décrédibiliser.

Au moins pour cela femme mérite respect et soutien. Comme l’explique Kevin Drum  de Mother Jones. Dans un monde normal Kavanaugh aurait avoué avoir une jeunesse folle pleine d’écarts de conduite et tout serait passé en quelques jours. Dans le monde de Trump on n’avoue pas. Les enjeux montent vertigineusement car si le doute s’installe le péché de mensonge devient capital. Nous sommes entrés dans une ére ou l’affirmation de son pouvoir vaut plus que la vérité et le pardon.

Des incertitudes encore nombreuses.

Les deux sénatrices Républicaines qui sont au centre de l’attention depuis le début de l’affaire ont commencé à semer le doute. Voilà l’événement le plus significatif de la journée.

Susan Collins a affirmé l’importance de la déposition de Christine Basey Ford.  Occupe-t-elle la place de celle qui compte et peut s’opposer à DJT de l’intérieur du camp Républicain ou bien tout cela n’est-il que palinodies de couloir?
Lisa Miurkowski a été plus nette encore et a fait deux déclarations.  Quand elle évoque la possibilité d’enquêter sur le contexte (background) de Kavanaugh, c’est-à-dire son passé et ses habitudes elle se démarque de son parti. Elle ouvre la perspective de nouvelles questions et d’une possible sortie de la crise par l’éviction en douceur du candidat.
L’étonnante fermeté de Murkowski interroge. Elle déplace le débat sur le terrain du droit de la femme accusée d’être crue au lieu de celui de la culpabilité de Kavanaugh. On sait la force de caractère de la sénatrice de l’Alaska, assez peu bavarde en général. Elle a été capable dans le passé de se présenter aux élections contre son propre parti et de gagner, l’élection et le respect général.
Même la Maison-Blanche par la voix de Sandra Huckabee-Sanders habituellement porte-parole fidèle du président  évoque  la possibilité d’interroger la seconde accusatrice de Kavanaugh. Elle a évoqué Jeudi pour l’audition mais cela semble bien difficile à organiser. Se sentent-ils si certains de leur affaire?

Mais les menaces se pointent aussi d’autres horizons. Que sait Michael Avenatti? Le flamboyant, et pas toujours fiables, avocat de Stormy Daniels a annoncé une vidéo de sa cliente qui viendrait confirmer les accusations dans les deux jours. S’il a vraiment quelque chose de sérieux entre les mains. On peut lui faire confiance pour le sortir au moment le plus spectaculaire.

Des interrogations nouvelles ou confirmées.

Brett Kavanaugh a donné une interview à Fox cette fin de semaine. Elle a été convaincante pour ceux qui le soutienne mais son contenu se semble pas avoir été à la hauteur. Il a surtout continuer à se mettre en contradiction avec les témoignages existant comme celui du livre de son ami Mark Judge qui décrit leur jeunesse étudiant comme agitée par des frasques diverse bien alcoolisées. Il continue à prétendre contre toute vraisemblance ne jamais avoir eu vent des frasques pornographiques de son mentor et ami de vingt-cinq ans Alex Kozinski connu pour ne pas être discret.Il a commencé à faire de ces quart d’aveux, sur la boisson, qui cherchant à faire vrai ne sont que les premiers glissements avant la chute.

Peut-être faut-il trouver ici les raisons des prises de paroles de Lisa Murkowski. Il n’avait pas été très convaincant dans les auditions au Sénat non plus, manquant souvent d’assurance dans ses dénégations.

Selon Nate Silver de FiveThirtyEight les Républicains feraient mieux de retirer les poulain maintenant plutôt que de risquer une destitution plus tard s’ils arrivent à le confirmer.La démonstration est parfaitement claire. Nate Silver suggère même que dans la conjoncture McConnell, vieux renard, jouerait la défaite de la confirmation les jours prochains. La déclaration selon laquelle il aurait les votes serait un bluff et il ferait son possible pour que deux ou trois sénateurs votent contre. Il pourrait alors faire passer un candidat plus conforme à ses vœux et surtout plus sûr. Il serait ainsi à la fois vainqueur de Trump sans s’opposer frontalement et le sauveur du GOP qui aurait au final son juge à la Cour Suprême. Tout ceci sans compter sur les surprise que cette affaire peut à tout moment voir surgir du néant.

Le Jeudi le plus important de l’Histoire récente : Kavanaugh pour les auditions et Rosenstein pour son entretien avec Trump à l’affiche le même jour.
Mes liens et mes notes de travail sur le sujet.

https://thehill.com/homenews/administration/408241-white-house-open-to-testimony-from-second-kavanaugh-accuser //Que signifie? Ils ne craignent rien ou ils craignent le pire? QUoi qu’il en soit ils ont fait l’impasse sur le début de la session de la Cour début Octobre. L’intervention de Susan Collins semble avoir été décisive dans la forme dans le cadre d’un ballet savamment chorégraphié ou sur le fond, difficile à dire. Même si Huckabee-Sanders évoque Jeudi cela semble difficile à croire et à organiser.https://thehill.com/homenews/senate/408193-kavanaughs-fate-rests-with-sen-collins //Collins se fait de plus en plus la place de celle qui compte et peut s’opposer à DJT de l’intérieur du camp R. Mais cette importance qu’elle prend et la place qu’elle occupe ont-elles un sens si elle finit par céder et que tout cela apparait comme palinodies de couloir?
https://thehill.com/homenews/senate/408305-murkowski-kavanaugh-decision-about-believing-the-accuser //Quand Murkowski évoque la possibilité d’enquêter sur le contexte (background) de Kavanaugh, c’est-à-dire son passé et ses habitudes elle se démarque de son parti et ouvre la perspective de nouvelles questions et d’une possible sortie de la crise par l’éviction en douceur du candidat. Jeff Flake, le troisième sénateur Républicain supposé hésitant, va-t-il dire quelque chose? Si deux sénateurs manquent à l’appel la casue est perdue car Mike Pence comme « President ex-officio of the Senate » peut trancher en cas de vote à 50/50 mais pas à 49/51.
https://theintercept.com/2018/09/25/brett-kavanaugh-alex-kozinski-chris-coons/ //Si les D. reprennent le Sénat ils auront le pouvoir de demander une assignation pour chercher la preuve des mensonges de B.K. lors des auditions. Il a très vraisemblablement menti sur les emails pornographiques de son précédent mentor Alex Kozinski. Le danger est maximum mais pourrait être reporté après les élections.

https://www.thenation.com/article/brett-kavanaughs-fox-news-interview-was-a-disaster-for-him/ //Il n’a jamais été très fort dans les auditions ni les entretiens. Il a commencé à faire de ces quart d’aveux, sur la boisson, qui cherchant à faire vrai ne sont que les premiers glissements avant la chute. Peut-être faut-il trouver ici les raisons des prises de paroles de Lisa Murkowski.

https://www.theguardian.com/us-news/2018/sep/25/brett-kavanaugh-second-accuser-testimony //Elle n’a pas besoin d’avoir quelque chose, seulement d’éclairer le personnage en confirmant concrètement ce que Mark Judge, le copain d’études de Kavanaugh a déjà publiquement affirmé dans son livre. Le tort des R. dans cette affaire est prendre leur temps. Plus l’information se diffuse, plus les gens ont le temps de penser plus la vérité émerge au-dessus du niveau de l’eau. Sur la phot pprise au Natuions-Unies les deux femmes d’une importance capitale. Melania Trump dont le soutien de façade a son mari est de plus en plus paralysé par les révélations sur les relations entre Donald Trump et ses affidés et les femmes. Le livre à paraître de Stormy Daniels va accentuer le malaise. Nikki Haley sobrement vêtue et sagement en attente en bonne candidate de secours pour le GOP aux élections de 2020.
https://thehill.com/homenews/senate/408337-senators-told-to-expect-to-be-in-town-this-weekend-for-kavanaugh //Le forcoing continue. On siège le week-end pour voter la confirmation la semaine prochaine a priori Mardi. A la fois fuite en avant volontariste aveugle et meilleure ou seule tactique pour sauver les élections de Novembre.

https://thehill.com/homenews/senate/408305-murkowski-kavanaugh-decision-about-believing-the-accuser

https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/25/17901304/lisa-murkowski-kavanaugh-accusers-swing-vote//L’étonnante fermeté de Murkowski qui pour une fois dépasse Collins. On sait la force de caractère de la sénatrice de l’Alaska, assez peu bavarde et capable de se présenter aux élections contre son propre parti et de gagner.

https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/we-all-know-what-happened-why-do-we-pretend-we-dont/ //Nous sommes entrésdans un monde ou l’affirmation du pouvoir vaut plus que la vérité et le pardon. Dans un monde normal Kavanaugh comme l’explique Kevin Drum aurait avoué avoir une jeunesse folle avec des écarts de conduites et tout serait passé en quelques jours. Dans le monde Trump on n’avoue pas. Les enjeux montent vertigineusement car si le doute s’installe le péché de mensonge devient capital.
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/25/17900812/brett-kavanaugh-yearbook-georgetown-prep-trump //B.K. N’est pas sorti d’affaire. Les prises de paroles de Lisa Murkowski viendraient-elles de là?
https://www.vox.com/2018/9/25/17897718/brett-kavanaugh-sexual-assault-witness-credibility //Ils vont tout faire pour la « tuer » moralement, la décrédibiliser. Au moins pour cela femme mérite respect et soutien.
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/24/17896136/michael-avenatti-email-brett-kavanaugh-devils-triangle //Quand sortira-t-il du bois s’il a quelque chose de sérieux? La prochaine cartouche pourrait bien être dans le canon.

https://slate.com/news-and-politics/2018/09/brett-kavanaugh-fox-news-interview-sexual-assault.html

https://www.salon.com/2018/09/25/woman-who-signed-letter-supporting-kavanaugh-finds-out-he-degraded-her-in-school-yearbook-report/

https://newrepublic.com/minutes/151388/donald-trump-lisa-murkowski-disagree-handle-brett-kavanaughs-accusers //Trump et Murkowskli ne sont pas sur ma même ligne mais cette fois l’enjeu est la présidence Trump elle-même.
https://thinkprogress.org/kavanaugh-fox-news-interview-yale-reputation-ramirez-james-roche-assault-allegation-party-e17377f2f203/ //Même son ancien collège de chambre à Yale.

https://www.truthdig.com/articles/the-establishments-fear-is-different-from-yours/

https://fivethirtyeight.com/features/the-gops-least-worst-option-is-if-kavanaugh-withdraws-and-soon/ //Si même 538 s’y met. Et quand il veut Nate Silver est parfaitement clair. Dans la conjoncture McConnell, vieux renard, jouerait-il la défaite de la confirmation pour faire passer un candidat plus conforme à ses vœux? Il serait ainsi à la fois vainqueur de Trump et sauveur du GOP.

https://talkingpointsmemo.com/prime-beta/graham-compares-weighing-blasey-fords-allegations-to-getting-a-search-warrant

https://www.npr.org/2018/09/25/651489805/anita-hill-says-kavanaugh-accuser-hearing-cannot-be-fair //Une audition honnête doit être précédée d’une enquête approfondie. Ce n’est pas le cas.

Kavanaugh jusqu’au bout.

Mitch McConnell, le leader Républicain du Sénat a tenu un discours inattendu et au ton inhabituellement  offensif chez lui. S’adressant au président il l’a assuré du soutien à Brett Kavanaugh et d’un vote de confirmation rapide.

Quelques minutes avant Donald Trump avait réaffirmé son soutien et l’ensemble du Grand Old Party est à l’unisson. Pour ôter tout doute Susan Collins que l’on suppose en général la plus susceptible d’avoir des doutes a redit publiquement sa conviction que Brett Kavanaugh ne remettrait pas en cause l’arrêt « Roe v. Wade », c’est-à-dire le droit fédéral à l’avortement. Autrement dit elle a fait savoir qu’elle voterait pour la confirmation. Le parti Républicain a rarement été ausi cohérent et aussi coordoné. Il s’agit donc bien d’une contre-offensive en règle qui montre que l’analyse partagée par tous les conduit a l’affrontement pour faire passer leur poulain. Ils en ont arithmétiquement les moyens avec leur majorité au Sénat. Ils affirment leur décision politique de passer outre les remous actuels. Que Brett Kavanaugh ait montré qu’il manque de l’indépendance d’esprit qui est censée être la première qualité d’un juge suprême leur est indifférent.

Ils escomptent donc que les bénéfices l’emportent sur les inconvénients. Le premier d’entre eux est la majorité à la Cour Suprême, enjeu de long terme qui peut emporter la décision. Par ailleurs ce faisant ils déportent les Démocrates vers la gauche en les obligeant à surenchérir dans l’opposition ce qui peut  leur couter des sièges en Novembre et en tous cas des voix dans les franges modérées de l’électorat. Un échec ou une temporisation dans le processus de nomination démobiliserait sans doute leur électorat dont une grande partie attend le basculent « définitif » de la Cour avec impatience, en particulier la droite religieuse.

Pourtant McConnell et Chuck Grassley en tant que président de la commission juridique du Sénat sont largement responsables avec la Maison-Blanche du bazar actuel. S’ils avaient pris le temps de correctement examiner le passé de leur candidat ils auraient évité le pire.

Cette attitude va maximiser en contre-partie la mobilisation de l’électorat Démocrate et la désaffection d’une partie de la population féminine mais ces segments sont déjà largement motivés et il est probable qu’il n’en résulte que peu de mouvement.

D’un point de vue civique, et non partisan, les conséquences de la poursuite forcenée du processus devraient accentuer la profonde fracture existant déjà dans le pays et porter un coup à la crédibilité de La Cour Suprême et donc au système politique dans son ensemble. Manifestement l’intérêt partisan passe bien avant ces considérations.

Kavanaugh, et de quatre ?

La source se tarira-t-elle?

Alors que semble se dérouler avec le départ de Rod Rosesntein  du Ministère de la Justice un « Massacre du Samedi Soir » au ralenti on apprend que les autorités du Maryland, la région où Brett  Kavanaugh a fait ses études, seraient en train d’auditionner le témoin d’un quatrième cas de comportement inadéquat du candidat à la Cour Suprême. A confirmer?

Older posts

© 2018 DOMINIC77

Theme by Anders NorenUp ↑