DOMINIC77

Un peu de tout

Category: PERSO (page 1 of 5)

Ceci pour grouper tous les articles qui ne sont relatifs qu’à ma vie, ,mes lubies, etc …

Le peu de couverture de l’affaire Kashoggi par la presse française me frappe et m’effraie. Si Médiapart a consacré y au moins deux articles (ici et ) l’audiovisuel public en a fait un sujet de second ordre une seule journée (samedi) et le reste de la presse n’a guère fait mieux.
Il existe pourtant un précédent qui aurait du nous sensibiliser, un ministre en exercice d’un état arabe allié venu assassiner sur notre sol un opposant politique : l’affaire Ben Barka. Que Mohamed Ben Salman n’ait pas jugé digne de lui de venir se salir les mains à Istambul et a seulement envoyé ses hommes de mains ne diminue pas l’ampleur du scandale.

Nous avons d’autant plus de mal à comprendre que Jamal Kashoggi, journaliste critique et pas opposant politicien actif ne semblait pas présenter un danger immédiat ou majeur pour le régime saoudien dont le prince vedette semblait intouchable dans l’opinion occidentale depuis l’autorisation donnée aux femmes saoudiennes de conduire. Il n’y avait guère que quelques grincheux gauchistes attardés comme moi pour rester méfiants à son égard.

Les faits.

Les faits sont connus au moins dans leurs grandes lignes. Jamal Kashoggi, émigré volontaire devenu résident permanent aux États-Unis d’Amérique a demandé à son consulat les papiers nécessaires à son second mariage avec sa fiancée turque. Les autorités l’ont adressé au consulat d’Istanbul ou lors d’un premier rendez-vous on lui a demandé de revenir une semaine plus tard. Le Guardian a visuellement résumé  le déroulement de la journée du 2 Octobre qui commence curieusement par l’arrivée à Istanbul des deux avions transportant ceux que l’on suppose être les membres du commando assassin. On voit Kashoggi entrer au consulat sur des images de vidéo surveillance. Personne ne l’en a vu sortir. Les autorités turques disent posséder des enregistrements audio et vidéo de l’interrogatoire et de l’assassinat. Les médias font aussi mention d’interceptions de sécurité des États-Unis d’Amérique qui confirment au moins le projet d’enlèvement. La famille royale saoudienne a évidemment nié mais les autorités turques ont insisté suffisamment pour que le sujet ne soit pas enterré. Et le ricochet est arrivé jusqu’à Washington.

Malgré la réticence de Donald Trump à mettre en danger 100 milliards de commandes d’armement il a bien fallu traiter le sujet. D’ailleurs les 100 milliards représentent encore une vantardise trumpienne habituelle. Une partie provient de contrats passés sous Obama et d’autres évoquées dans des lettres d’intentions ne sont pas confirmées.
Dans un assez étrange ballet la Turquie plutôt en froid avec les États-Unis d’Amérique a fort à-propos libéré un pasteur américain emprisonné depuis deux ans. Rapatrié celui-ci a été reçu à la Maison-Blanche. Que croyez-vous que Donald Trump lui demandât : « Pour qui avez-vous voté? ».
Manifestement Donald ne maîtrise pas l’écriture du scénario de la pièce qu’il joue. Jour après jour il est contraint de changer de refrain. Après avoir exprimé ses doutes il a promis d’appeler le roi Salman pour lui demander des éclaircissements.
Ce Lundi il confirme que le souverain l’a assuré de ne pas être au courant et de ne pas être impliqué.
Cela ne l’empêche pas d’évoquer ensuite l’hypothèse de « tueurs fous » (rogue killers) étrangers qui auraient commis le crime. Il faut dire qu’entre-temps une enquête conjointe arabo-turque avec visite du consulat d’Istanbul devait démarrer. On aurait même vu juste avant l’arrivée des inspecteurs un grand remue-ménage avec livraison en masse de produits de nettoyage.
Mais quand CNN annonce que l’Arabie Saoudite préparerait un communiqué  pour annoncer qu’en fin de compte il s’agit bien d’une bavure et que Kashoggi a été tué par « accident » alors qu’il était interrogé au consulat cela devient bien compliqué. Serait-ce le résultat d’intenses discussions entre Washington et Ryad? On se demande ce que notre Donald va bien pouvoir inventer. Nul doute qu’il trouvera un coupable autre que lui.

Le Moyen-Orient.

Cette histoire nous donne invite surtout à réfléchir sur l’état du Moyen-Orient et même du monde. L’affrontement pour la suprématie régionale entre l’Iran et l’Arabie Saoudite constitue sans doute la force structurante principale. Les États-Unis d’Amérique soutiennent inconditionnellement l’Arabie depuis des décennies malgré quelques nuages à la suite du 11 septembre 2001. Les liens de la famille Trump avec le royaume et le bellicisme fondamental de Donald Trump ont renforcé cette attitude.
La région est un écheveau d’une complexité sans nom.
La Syrie est un terrain de ruines en passe d’être reconquis par Bachar El-Assad avec ses amis russes et iraniens avec qui il faudra bien traiter d’une manière ou d’une autre. Mais la question kurde au nord de la Syrie menace d’inverser les alliances. Le Liban est un autre terrain de bataille entre les deux poids lourds régionaux l’Iran y ayant un agent de premier plan avec le Hezbollah. La Jordanie louvoie entre ses voisins de peur d’être désintégrée par la crise palestinienne. L’Irak n’en finit pas de rechercher un équilibre.
Pour l’instant le troisième larron tire les marrons du feu. La Turquie d’Erdogan regardée de travers par beaucoup pour les pratiques dictatoriales de son président-monarque se refait une image presque respectable en dénonçant plus malade qu’elle.
L’Arabie Saoudite se faisait assez peu remarquer malgré le comportement de celui que l’on voulait nous vendre comme la nouvelle merveille qui apportait la démocratie au royaume. On peut rappeler qu’il a enfermer une bonne partie des familles princière pour leur extorquer des promesses et sans doute de l’argent ou qu’il a kidnappé le Premier Ministre du Liban pour le faire renoncer à son poste. Certains opposants ont même émis l’idée que l’assassinat au grand jour de Jamal Kashoggi serait délibéré, une menace envoyée comme un message à tous les opposants à celui qui n’est encore que le prince.

Les relations avec la famille Trump.

Et Mohamed ben Salman nous conduit tout droit à la famille Trump puisque son correspondant dans l’équipe de la Maison-Blanche n’est autre que Monsieur Gendre, Jared Kushner, dont on dit qu’il est devenu un proche du prince avec qui il referait le monde jusqu’à quatre heures du matin lors de se séjours à Ryad.
Ajoutons les relations d’argent entre Donald Trump et le royaume saoudien. De riches sujets du roi Salman et parfois le royaume lui-même ont fait des affaires avec Donald et parfois même l’ont tiré de mauvais pas.

Mes liens de travail sur le sujet:

https://talkingpointsmemo.com/prime-beta/i-need-to-talk-to-jared
https://talkingpointsmemo.com/news/jamal-khashoggi-missing-saudi-writer-big-plans-arab-region //Il avait des plans pour la région, plans journalistiques plus que politiques mais qui impliquaient de faire travailler ensemble islamistes, sunnites, chiites et libéraux.
http://prospect.org/article/trump-signals-journalists-are-fair-game
https://newrepublic.com/article/151690/power-struggles-behind-khashoggis-disappearance //1-Pourquoi au consulat2-Pourquoi un non-militant. Que tout cela dit-il de l’Arabie Saoudite et de MbS?
https://www.vox.com/2018/10/12/17967492/jamal-khashoggi-saudi-arabia-journalist-disappeared-companies //CNN The New York Times Bloomberg Ariana Huffington, the founder of the Huffington Post The Economist’s editor-in-chief, Zanny Minton Beddoes The Financial Times UBER CEO Dara Khosrowshahi Viacom’s CEO Bob Bakish World Bank President Jim Yong Kim CNBC LA Times owner Patrick Soon-Shiong founder of Virgin Group four members of the advisory board of Neom prominent lobbying firm representing the Saudi government’s interests in Washington, the Harbour Group/Des dirigeants de grandes entreprises prennent une position politique de fait rapidement sur un sujet d’actualité.
https://www.theguardian.com/world/2018/oct/12/how-jamal-khashoggi-disappeared-visual-guide
https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/10/jamal-khashoggi-us-saudi/572722/
https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/10/jamal-khashoggi-mourned-his-friends-washington/572842/
https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/10/saudi-arabia-jamal-khashoggi/572830/
https://theintercept.com/2018/10/12/jamal-khashoggi-saudi-arabia-dissidents/ //En fait la monarchie saoudienne n’est jamais sorite du moyen-âge.
https://talkingpointsmemo.com/news/trump-diplomatic-vacancies-missing-saudi-journalist //E tpas d’ambassadeur à Ryad ni à Ankara.
https://theintercept.com/2018/10/13/khashoggi-saudi-media/
https://www.vox.com/2018/10/13/17972522/trump-saudis-jamal-khashoggi-mbs //Il dit punir, pas moralement sanctionner.
https://talkingpointsmemo.com/news/saudi-journalist-recorded-own-death-apple-watch
https://www.theguardian.com/world/2018/oct/13/saudi-arabia-khashoggi-chulov
https://www.vox.com/2018/10/11/17959854/saudi-journalist-khashoggi-disappearance-trump-response-congress-sanctions-magnitsky //Magnitski Act : l’enquête est obligatoire mais Trump n’en veut pas vraiment.
https://www.theguardian.com/business/2018/oct/14/saudi-shares-drop-on-fallout-journalists-disappearance-trump
https://www.theguardian.com/world/2018/oct/14/jamal-khashoggi-turkey-looks-to-uk-to-persuade-saudi-arabia-to-cooperate //Le royaume est fort de sa position pétrolière. Ne serait-ce pas une arme à double tranchant? L’utiliser pourrait faire reveneir dans le jeu son ennemi iranien et accélérer la transition post pétrole.
https://thehill.com/homenews/sunday-talk-shows/411339-senators-find-consensus-in-response-to-khashoggis-disappearance
https://www.salon.com/2018/10/14/marco-rubio-says-if-trump-wont-act-on-saudi-arabia-congress-will/
https://www.truthdig.com/articles/what-middle-eastern-countries-are-saying-about-khashoggis-murder/ //Ce que l’affaire nous dit du monde au-delà du Moyen-Orient.
https://www.alternet.org/completely-outrageous-ex-us-ambassador-russia-blasts-sell-out-trump-over-his-tepid-response-murder
https://thehill.com/homenews/sunday-talk-shows/411339-senators-find-consensus-in-response-to-khashoggis-disappearance //Marco Rubio deviendrait-il NeverTrumper ou pense-t-il aux prochaines campagnes. Il n’est pas sur la liste des sénateurs en renouvellement cette année. Ses préoccupations sont donc de plus long terme. Sur le climat alors qu’il est connu comme sceptique et sur Kashoggi il prend la Maison-Blanche à contre-pied.
https://thehill.com/homenews/senate/411355-durbin-opposes-saudi-arms-sale-over-missing-journalist //Facile quand onest dans l’opposition mais il est des plaisirs qu’il ne faut pas se refuser.
https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/10/turkey-frees-an-american-pastor/572935/
https://thehill.com/media/411370-jp-morgan-ceo-withdraws-from-saudi-conference
https://thehill.com/policy/411361-ford-motor-chairman-pulls-out-of-saudi-conference
https://www.mediapart.fr/journal/international/121018/disparition-du-journaliste-khashoggi-pourquoi-la-diplomatie-occidentale-se-tait
https://www.mediapart.fr/journal/international/071018/le-journaliste-saoudien-ete-assassine-dapres-la-police-turque
https://truthout.org/articles/in-yemen-trump-is-taking-tolerance-for-war-crimes-to-a-new-level/
https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/10/iran-saudi-arabia-jamal-khashoggi/572953/
https://thehill.com/homenews/administration/411411-trump-says-rogue-killers-could-be-to-blame-for-saudi-journalist //Trump à la rescousse.
https://thehill.com/homenews/administration/411390-trump-to-send-pompeo-to-meet-saudi-king-amid-investigation-into //Mais Pompeo doit s’y coller quand même.
https://www.commondreams.org/news/2018/10/15/you-couldnt-make-bunch-mops-cleaners-and-trash-bags-delivered-saudi-consulate-ahead
https://www.apnews.com/77d9ab2ec56f4de09290b86118511d98
https://www.commondreams.org/news/2018/10/15/khashoggi-case-highlights-saudi-crimes-un-warns-famine-driven-us-backed-war-yemen
https://truthout.org/video/khashoggis-disappearance-is-sending-a-gruesome-message-to-critics/
https://www.alternet.org/ex-us-ambassador-saudi-arabia-warns-against-trumps-wide-eyed-acceptance-kings-denial-he-told-me-911
https://talkingpointsmemo.com/edblog/why-are-the-saudis-getting-the-russia-rules //Les liens des affaires de la famille Trump (et Kushner) avec les saoudiens pourraient bien être en jeu.
https://slate.com/news-and-politics/2018/10/saudis-may-admit-khashoggi-died-in-botched-interrogation.html
https://edition.cnn.com/2018/10/15/middleeast/saudi-khashoggi-death-turkey/index.html
https://thinkprogress.org/us-saudi-spat-over-missing-journalist-jamal-khashoggi-db2dd62e6552/
https://www.democracynow.org/2018/10/15/former_saudi_political_prisoner_khashoggis_disappearance
https://thehill.com/business-a-lobbying/business-a-lobbying/411534-us-lobbying-firms-cut-ties-with-saudi-arabia
https://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/411524-david-petraeus-pulls-out-of-saudi-conference-report

Elles préparent déjà l’après-Trump

La démission surprise de Nikki Haley l’ambassadrice de Donald Trump, et des États-Unis d’Amérique, aux Nations-Unies a permis de faire quelques gros titres inattendus. Le petit refrain des « adultes dans la pièce qui quittent la navire un à un  » a été relativement  peu joué et la plupart des commentaires restaient interrogatifs comme celui de Josh Marshall qui cherche encore les réponses. Certains comme Occupy Democrats qui ne fait généralement pas dans la dentelle quitte à prendre des risques avec la vraisemblance ont même cru déceler un soupçon de menace de corruption.

Après Murkowski, Flake et Kasich serait-ce encore une aspirante à l’après-Trump, et une bien plus attendue et plus crédible qui se place pour la grande course à venir? Nikki Haley a ce positionnement intéressant d’avoir servi fidèlement sous Donald Trump, à un poste exposé, et de n’être que relativement alignée sur les positions du président. Si bien que l’on peut s’attendre à tout. Il est peu probable qu’elle soit destinée à un poste clé de l’administration Trump car elle ne pourrait guère le servir mieux ailleurs. Viser la vice-présidence de la seconde candidature Trump n’est pas plus crédible pour une femme dont on connait l’ambition démesurée. Elle a annoncé son soutien à Trump pur la campagne de 2020, figure imposée qui n’engage à rien si le président devait être empêché d’une manière ou d’une autre.

Tout le monde pense qu’elle va tenter de se présenter dans la foulée en son nom en 2024 mais sera en réserve pour l’année prochaine au cas où. Si le cas se présente elle sera une candidate idéale de son camp pour assurer la transition post-Trump. Sa démission pourrait bien être un événement majeur dont la signification se dévoilera en temps utile. Sortant du jeu maintenant elle ne sera pas associée à la défaite probable des élections de Novembre et à l’instabilité qui s’en suivra. Elle a su maintenir une image de droite assez belliciste pour plaire à la plus grande partie de l’électorat trumpiste tout en  marquant sa différence.  Un passé de gouverneur est en général un bon point de départ pour une carrière présidentielle car il apporte l’image d’une sorte de président en réduction au niveau d’un état. Ajoutons une expérience internationale comme ambassadrice de Trump à l’ONU. Le profil se précise.
Et plus encore présenter une femme serait sans doute difficile à avaler pour la brochette de vieux mâles blancs du Parti Républicain tels que nous les avons vus s’exposer au Sénat lors des auditions il y a deux semaines. Mais elle pourrait par contre en tirer des arguments de modernité et contrer la réputation pourtant bien méritée de misogynie de son parti et neutraliser l’avantage d’une Elizabeth Warren ou d’une Kamala Harris. Elle a même la particularité assez rare chez les Républicains d’être issue de l’immigration indienne (sikh).

Sauf accident nous avons là une candidate certaine à une de deux prochaines élections présidentielles. Le plus difficile pour elle sera peut-être de convaincre son propre camp.

 

Comme d’habitude mes liens de travail.

https://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/410539-axios-nikki-haley-resigns-from-role-in-trump-admin
https://talkingpointsmemo.com/edblog/still-zero-answers
https://www.vox.com/2018/10/9/17955418/nikki-haley-resign-trump-un
https://www.alternet.org/news-amp-politics/nikki-haley-resigns-un-ambassador

https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/10/nikki-haleys-resignation-remarks-president-trump/572512/

http://www.businessinsider.fr/us/nikki-haley-resign-investigation-flights-free-private-jets-2018-10?utm_source=twitter&utm_medium=referral&utm_content=topbar&utm_term=mobile&referrer=twitter//

Chronique d’une enquête bidon…Vendredi

Ils ont voté.

Mitch McConnell a tenu sa promesse de commencer à voter cette semaine sur la nomination de Brett Kavanaugh. Le vote d’aujourd’hui était strictement procédural. Il s’agissait de prononcer la fin définitive de la phase d’investigation sur le candidat.
Le vote acquis à 51 voix contre 49 a réservé  une demi-surprise. Lisa Murkowski, sénatrice Républicaine de l’Alaska, a voté non à la clôture des débats sur la nomination de Kavanaugh. L’Alaska peut-être plus que la personnalité de la sénatrice a joué un rôle. Les agressions sexuelles y sont plus fréquentes que dans les autres états.

Joe Manchin le Démocrate a préféré perdre son âme plutôt que de risquer plus encore de perdre son siège de sénateur en Novembre. La morale voudrait qu’il soit battu et avec lui la direction du Parti Démocrate qui avait publiquement pris parti pour ce choix. Mais la morale en politique électorale…
Le vote proprement dit sur la confirmation peut intervenir à partir de demain. La procédure oblige à un délai minimum. Il pourrait être reporté au début de la semaine pour des raisons pratiques. Un des sénateurs Républicains doit marier sa fille cette fin de semaine (on ne rit pas).

Trump se lâche.

Hier des milliers de manifestants ont fait connaître leur opposition à Kavanaugh dans les rues de Washington et jusque dans les locaux de la Cour Suprême. Trois cent ont été arrêtés. Donald Trump a affirmé sur Twitter qu’il s’agissait de comédiens payés par
Georges Soros. Peut-être a-t-il été inspiré par le fait que des comédiennes connues se trouvaient dans le lot. Je ne doute pas qu’il exprime prochainement son avis sur la mauvaise qualité de leurs prestations. Le climat politique devient de plus en plus délétère.

Trump aurait-il bien joué.

La situation semble échapper aux repères habituels et il n’est pas certains que les modèles des staticiens soi. Les sondages et les articles récemment publiés tendent à montrer un surcroît de mobilisation Républicaine alors que l’on s’attendait à une mobilisation intense des Démocrates. Les références statistiques manquent pour prendre en compte les spécificités du moment actuel.

Chronique d’une enquête bidon…Mercredi

La fuite en avant trumpienne.

Le plus remarquable de cette journée n’est pas venu de l’enquête du FBI qui semble aller son petit train pépère comme on pouvait s’y attendre. A tout seigneur tout honneur c’est Donald Trump qui a fait les titres. Il s’st moqué de Christine Blasey Ford devant des centaines de supporters ravis. Il a redoublé ses effets avec l’évocation du difficile sort des jeunes hommes dans le monde d’aujourd’hui. Les relations entre les sexes deviennent de plus en plus un sujet politique et partisan.

Les réactions les plus commentées à ses propos sur Christine Ford sont venues de son propre camp. Jeff Flake les a trouvés effarants. Susan Collins y est aussi allé de son couplet désapprobateur.  Et si Trump donnait aux sénateurs modérés des raisons de ne pas voter pour Kavanaugh. Il se débarrasserait de la patate chaude qu’est devenue son poulain sans porter la responsabilité de l’échec. Collins s’en tirerait avec les honneurs de la dignité et la base Républicaine serait quand même remontée à bloc. Ne pourrait-ce être la moins mauvaise solution pour tout le monde?

Le rêve d’une Cour Suprême à l’image de Trump persiste quand même.

 

 

Supreme-Cour-2t

 

 

 

Pour ne pas rester à mi-chemin Trump a aussi lancer des insinuations d’alcoolisme envers un des sénateurs les plus virulents contre Kavanaugh lors des auditions.

Les enjeux pour Jeff Flake dépassent de loin le sujet de la nomination d’un juge. La place de rénovateur, voire recréateur du Parti Républicain ou quel que soit à terme son nom du grand parti conservateur n’existe pour l’instant qu’en filigrane, masquée par l’omniprésence médiatique trumpienne. Se placer pour l’occuper quand le temps sera venu permettra de doubler les autres comme par exemple John Kasich qui était jusqu’à présent le plus clairement positionné. Mitt Romney vise également ce rôle mais son échec de 2012 et ses atermoiements face à Trump le handicapent. Pour mémoire Flake a voté 82% des propositions trumpiennes en tant sénateur. S’il se voit un destin présidentiel, c’est maintenant.

L’enquête.

Chaque jour apporte son petit lot de nouvelles pour l’instant jamais spectaculaires. On a appris l’existence d’une lettre écrite par Kavanaugh dans la préparation d’une de fêtes étudiantes de sa jeunesse qu’il aurait signé « Bart ». C’est le prénom sous lequel son ami Mark Judge l’a probablement désigné le livre où il raconte sa vie agitée d’étudiant et ses problèmes d’alcool. Kavanaugh a toujours nié, devant le Sénat et sous serment, ne pas connaître ce Bart.

Un des participants nommé par Christine Blasey Ford, qui était p eut-être son petit ami de l’époque de l’agression a été entendu par les enquêteur. On ne sait pas ce qui en est ressorti.

Et toujours pas de nouvelles de Mark Judge qui a du être entendu lui aussi.

Des signes de défiance à l’égard de Kavanaugh se multiplient comme ici  ou .Le dernier point de vue est intéressant. Il souligne d’un point de vue non-partisan l’effet éducatif désastreux qu’aurait la nomination de Kavanaugh sur les jeunes délinquants dont s’occupe l’auteur du message.

Et pendant ce temps-là.

L’enquête de Robert Mueller  toucherait-elle à sa fin?  Deux procureurs qui travaillaient sur le versant Manafort ont rejoint leurs occupation antérieures.  Cette partie  semble à peu près bouclé depuis que Manafort a passé un accord avec les enquêteurs.

Le cas de Rod Rosenstein est encore en suspens et ne devrait pas être réglé avant une bonne semaine.

Les révélations du New-York Times sur la fortune de Donald Trump plus largement héritée de son père qu’on ne le pensait et largement due à des manoeuvres d’évasion fiscale douteuses ne devrait pas quitter le devant de la scène. Le regain d’agressivité trumpien y a peut-être sa cause. L’administration fiscale de l’état de New-York sur laquelle Trump n’a pas de pouvoir s’est emparé du dossier.

 

Mes liens et notes du jour.

03/10/2018
La fuite en avant
https://thehill.com/homenews/administration/409486-trump-very-scary-time-for-young-men-in-america
https://www.npr.org/2018/10/02/653699004/trump-it-s-a-very-scary-time-for-young-men-in-america //Trump insiste dans le registre suprémaciste mâle. La campagne Républicaine a choisi de mobiliser son électorat plutôt que de chercher à gagner des voix sur un hypothétique centre. Donald Trump a jusqu’à présent bien senti l’opinion. Aura-t-il encore raison cette fois. Fidèle à la politique du chaos, de la terre brûlée DJT ne vise que la victoire de court terme. La destruction morale du pays lui est indifférente.
https://talkingpointsmemo.com/news/flake-it-is-kind-of-appalling-blasey-ford-trump
https://thehill.com/homenews/senate/409636-collins-trumps-comments-on-ford-are-plain-wrong //Et si Trump donnait aux sénateurs modérés des raisons de ne pas voter pour Kavanaugh. Il se débarrasserait de la patate chaude qu’est devenue son poulain sans porter la responsabilité de l’échec. Collins s’en tirerait avec les honneurs de la dignité et la base Républicaine serait quand même remobilisée. Ne pourrait-ce être la moins mauvaise solution pour tout le monde?
https://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/409602-fords-attorney-fires-back-at-trump-he-is-a-profile-in-cowardice
https://thehill.com/regulation/court-battles/409552-attorneys-for-ford-say-they-havent-heard-from-fbi-in-investigation //Pendant que Trump se moque de Christine Ford le FBI ne l’interroge pas.
https://thehill.com/homenews/administration/409593-white-house-blasts-new-york-times-over-trump-tax-story //Combien de temps pour que la question de la fortune de DJT et ses évasions fiscales reviennent au premier plan. Et pourquoi est-ce la M-B et non l’avocat personnel de DJT qui réagit?
https://talkingpointsmemo.com/livewire/trump-implies-that-leahy-has-drinking-problem //Feu sur le sénateur Démocrate Leahy qui s’est montré très offensif contre B/K. lors de l’audition. DJT insinue qu’il a un problèe d’alcool.
https://thehill.com/homenews/administration/409648-trump-voters-angry-at-vicious-way-dems-are-treating-kavanaugh //Rhétorique électorale.

La bruyante jeunesse de Kavanaugh.
https://thehill.com/homenews/senate/409578-kavanaugh-warned-of-possible-condo-eviction-in-1983-letter
https://theintercept.com/2018/10/03/brett-kavanaugh-georgetown-prep-petition/
http://prospect.org/article/enough-enough-kavanaugh-should-not-sit-on-supreme-court //UN point de vue intéresant et nouveau dans le débat. Cette avocate qui défend de jeunes délinquant avance que la nomination de Kavanaugh serait un mauvais signe envoyé au public car il absoudrait les délits de jeunesse.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/about-that-new-new-york-times-article //Le délicat slalom des enquêteurs du FBI semble éviter certains témoins pourtant au cœur de l’histoire.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/fbi-interviews-chris-garrett //Et pourtant ils l’interrogent.
https://talkingpointsmemo.com/news/collins-has-most-to-lose-with-kavanaugh-vote //Collins dégât collatéral, vers un caucus Républicain encore plus à droite.
https://talkingpointsmemo.com/news/kavanaugh-clerks-classmates-retract-support
https://talkingpointsmemo.com/prime-beta/bart-okavanaugh-rides-again //Brett Kavanaugh aurait signé « Bart » une lettre à propos d’un week-end de fiesta avec ses amis de jeunesse. Bart est le prénom donné par Mark Judge au complice de ses frasques dans le livre qui raconte ses démélés avec l’alcool et autres démons.
https://talkingpointsmemo.com/dc/judiciary-gopers-blast-out-claims-about-kavanaugh-accusers-sexual-preferences //La guerre continue. Les sénateurs R. font feu de tout bois et n’hésitent pas à jeter l’opprobre sur une accusatrice de Kavanaugh.

La fortune de Donald Trump et les impôts.
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/10/times-report-trump-wealth-largely-based-on-tax-scams-and-bailouts-from-dad/
https://thehill.com/homenews/administration/409522-trump-gained-millions-from-questionable-tax-strategies-new-york-times
https://www.commondreams.org/news/2018/10/02/bombshell-report-details-tax-evasion-and-outright-fraud-through-which-trump
https://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/409550-new-york-state-tax-department-reviewing-trump-fraud-allegations

Mueller
https://thehill.com/policy/national-security/409576-two-more-prosecutors-leaving-mueller-team //L’enquête toucherait-elle à sa fin? Ils travallaient sur le versant Manafort qui semble à peu près bouclé depuis que celui-ci a passé un accord avec les procureurs.

Divers
Kavanaughhttps://slate.com/news-and-politics/2018/10/anthony-kennedy-brett-kavanaugh-democracy-death.html //L’apprenti sorcier se rend compte qu’il a joué avec le feu.
La relation entre les sexes devenue politique.
https://www.salon.com/2018/10/03/its-not-just-brett-kavanaugh-gender-is-increasingly-a-partisan-issue/ //Les Républicains ne considèrent pas le fait d’avoir été accusé de harcèlement sexuel comme un obstacle au vote (34%) alors que les Démocrates le pensent (81%). L’appartenance partisane est plus importante que le sexe dans la réponse.
https://www.commondreams.org/news/2018/10/02/confluence-trumps-climate-villainy-and-jailing-child-refugees-says-bill-mckibben
https://talkingpointsmemo.com/news/rosenstein-will-meet-house-republicans-october-11 //Le cas Rosenstein définitivement passé au second plan.
https://talkingpointsmemo.com/news/kavanaugh-past-with-clintons //Les R. jamais sortis de meur échec à faire destituer Bill Clinton.
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/10/3/17925928/jeff-flake-brett-kavanaugh-supreme-court-senate-confirmation-vote //Les enjeux pour Flake dépassent de loin sa personne et sa carrière. Un place de rénovateur, voire recréateur du Parti Républicain ou quel que soit à terme son nom du grand parti conservateur n’existe pour l’instant qu’en filigrane, masquée par l’omniprésence médiatique trumpienne. Se placer pour l’occuper quand le temps sera venu permettra de doubler les autres comme par exemple John Kasich qui était jusqu’à présent le plus clairement positionné. Mitt Romney vise également ce rôle mais son échec de 2012 et ses atermoiements vis-è-vis de DJT le handicapent. Reste à voir si Jeff Flake aura les tripes pour aller jusqu’au bout.
https://projects.fivethirtyeight.com/congress-trump-score/ //Flake a voté 82% des propositions trumpiennes.
https://slate.com/technology/2018/10/presidential-alert-test-emergency-text-message-trump.html //Le fascisme en route.

Kavanaugh est confirmé.

Le bruit autour du délai et  de l’embryon d’enquête du FBI présentés comme une victoire par la majorité des adversaires de la nomination de Kavanaugh relève au mieux de l’auto-persuasion.

Flake a expliqué sa démarche qui consiste clairement se fournir une excuse pour voter la confirmation en faisant semblant de faire le maximum. Même le petit Bush (Georges W.) téléphone à tous ses amis Républicains alors qu’on le présent par ailleurs comme un anti-trumpiste.

Les sénatrices dites hésitantes ont approuvé la décision de reporter de trois jours la décision. La satisfaction qu’elles expriment ne cherche mêm pas à cacher leur soulagement. Elles pourront tranquillement voter  la confirmation et s’en laver les mains. Cela induira sans dote la fin de la carrière sénatoriale de Collins qui aura du mal se sortir d’affaire en 2020. En prenant cette position à la droite su Parti Républicain et avec la très probable annulation du droit à l’avortement grâce au vote de Kavanaugh avant les prochaines électionsson cas est scellé.

Et Kavanaugh aura même des voix Déocrates. La participation de Joe Manchin à la réunion avec Collins, Murkowski et Flake était déjà de bien mauvaise augure. Heidi Haitkamp et Manchin ont depuis émis la même opinion que Collins et Murkowski sur le bien-fondé du simulacre d’enquête annoncé.

La messe est dite ce n’est plus qu’une question de jours. Et de trois jours car contrairement à ce que tout le monde veut bien répandre le délai n’a pas été allongé s’une semaine mais de trois jours. Le vote définitif sur la confirmation était prévu Mardi. Le reporter à Vendredi n’ajoute que 3 jours.

Le vrai résultat de cette affaire est d’avoir relancé le mouvement initié par l’affaire Weinstein. Et de l’avoir relancé sur une base massive et populaire. La masculinité toxique qui pourrit la société devra écouter la parole des femmes.

J’aimerais vraiment me tromper.

Mes liens d’aujourd’hui.

29/09/2018
https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/09/flake-kavanaugh-interview/571735/ //Flake confirme l’arnaque. Même le petit Bush est de la ^partie pour mépriser les droits des femmes et la crébilité des institutions.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/kavanaugh-hearings-show-nation-crisis-not-decline/571732/ //Kavanaugh sera confirmé mais la parole des femmes est levée et il sera difficile de l’arrêter son très long envol.
https://thehill.com/homenews/senate/409043-kavanaugh-confirmation-faces-fresh-uncertainties //Manchin et Heitkamp ont tacitement annoncé qu’ils s’apprêtent à voter pour Kavanaugh. La manœuvre de Flake a fonctionné. La messe est dite.

Kavanaugh, et de quatre ?

La source se tarira-t-elle?

Alors que semble se dérouler avec le départ de Rod Rosesntein  du Ministère de la Justice un « Massacre du Samedi Soir » au ralenti on apprend que les autorités du Maryland, la région où Brett  Kavanaugh a fait ses études, seraient en train d’auditionner le témoin d’un quatrième cas de comportement inadéquat du candidat à la Cour Suprême. A confirmer?

Hey Kavanaugh, do you want Rosenstein’s office?

Alors que deux autres témoignages des errements sexuels du jeune Kavanaugh apparaissent Rod Rosenstein, vice-ministre de la Justice, aurait offert sa démission. Donald Trump faisant le beau à la tribune de l’ONU la décision de son remplacement n’est pas immédiate.

Rappelons que Rod Rosenstein est le superviseur de Robert Mueller qui dirige l’enquête sur la complicité éventuelle de la campagne Trump avec la Russie en 2016. Il a toujours affirmé vouloir laisser cette enquête aller au bout. Son départ sonnera au président la possibilité de nommer un laquais plus servile capable de contrôler ou même arrêter le travail de l’équipe Mueller.

Kevin Drum a pour le remplacer le nom qui s’impose : Brett Kavanaugh. Brillant Kevin. J’approuve et nul doute que Donald sera d’accord.

L’article du New-York Times qui annonçait il y a quelques jours que Rosenstein avait émis en 2017 l’idée de démettre Trump a donc atteint son probable objectif : provoquer sa chute. Les motivations profondes peuvent être complexe car même si cela ouvre à Donald Trump une opportunité inespérée il n’est pas certain que la date soit très propice. Provoquer un autre séisme politique en interrompant l’enquête à 6 semaines d’élections mal engagées peut avoir des résultats catastrophiques.

Kavanaugh or not Kavanaugh

La Cour Suprême, enjeu majeur dans le système politique.

L’alliance entre Donald Trump et l’establishment Républicain repose sur deux bases principales : les baisses d’impôts pour les riches déjà actée pour une part avec la réforme fiscale de fin 2017 et le remplissage des tribunaux fédéraux de juges conservateurs dont la clé de voute est le verrouillage de la Cour Suprême qui tient entre ses mains le pouvoir judiciaire  ultime y compris en matière de législation comme si notre Conseil Constitutionnel était aussi la Cour de Cassation (bien que les comparaisons soit impossibles tant les systèmes sont différents).

Les Républicains préparent la phase deux de la réforme fiscale qui ne pouvait pas être réalisée en une seule fois car cela aurait contrevenu aux règles sur déficit du budget. La seconde phase en préparation obligera d’ailleurs a trouver les ressources en coupant dans les budgets des institutions que Donlad Trump avait juré durant sa campagne ne pas vouloir modifier : Social Security (retraites), Medicare et Medicaid (assurances santé).

La mort du juge ultra-conservateur Antonin Scalia en 2016 avait ouvert une vacance à la Cour. L’équilibre politique relatif de la Cour venait du « conservateur modéré » Anthony Kennedy qui ne votait parfois avec les juges plus progressistes. Le remplacement de Scalia a donné lieu à une obstruction inédite jusque là  ded la part des Républicains qui contrôlent le Sénat. La confirmation obligatoire des nominations proposées par le président passe par une phase préliminaire d’audition devant la commission ad’hoc. Barack Obama a proposé,  Merrick Garland, choisi comme on pouvait s’y attendre de la part de ce président centriste et peu enclin aux affrontements parmi les plus consensuels possibles. Le Sénat n’a jamais voulu l’auditionner. La règles est ainsi faite que son patron, le Républicain Mitch McConnell,, dicte l’agenda. Voilà qui  constitue sans doute un problème démocratique mais ceci est une autre histoire.

Après Gorsuch, Brett Kavanaugh.

Donald Trump a donc pu faire nommer au siège de Scalia le très conservateur Neil Gorsuch l’année dernière. Trois sénateurs Démocrates ont voté la confirmations. Trois sénateurs dit modérés (donc plutôt de droite) mais surtout dont les sièges sont remis en jeu cette année dans des états gagnés par Donald Trump en 2016 Quand  au début de l’été le juge Kennedy que l’on disait depuis longtemps désireux de se retirer a annoncé sa décision l’occasion de définitivement assoir une majorité de droite à la Cour est devenue une évidence. L’enjeu est de taille car avec 5 voix sur 9 il devient à peu près certain que l’arrêt qui fait force de loi pour autoriser l’avortement (Roe v. Wade) sera rapporté. Le mariage pour tous pourrait aussi être interdit à l’échelle fédérale. Les droits syndicaux et plus généralement les droits des salariés et employés passés à la moulinette juridique. Les restrictions au droit de vote et les cartes électorales partisanes font aussi partie du menu Républicain. Dans un contexte de démographie que les défavorise (même si cet effet est en général surestimé par les observateurs car les populations qui s’intègrent socialement le font aussi politiquement) les Républicains tiennent à marquer durablement leur empreinte sur une Cour Suprême dont les juges sont nommés à vie sans possibilité de destitution autre que pour faute majeure.

Donald Trump a choisi dans sa liste un juge qui a servi à la Maison-Blanche sous Georges W. Bush, Brett Kavanaugh. Celui-ci avait été employé par Kennedy et il est possible que sa désignation y doive quelque chose.

L’état des forces au Sénat avant la bataille.

L’attention se portait vu les enjeux sur les trois Démocrates qui on voté pour Gorsuch, Hedi Heitkamp, Joe Donelly et Joe Manchin mais aussi vu les enjeux autour de Roe v. Wade sur les deux sénatrices Républicaines connues pour être relativement attachées aux droits des femmes : Lisa Murkowski et Susans Collins. Les deux sortent du rang des Républicains  bon teint. Elles ont participé avec John McCain aux échecs de l’abrogation de l’Obamacare. Murkowski a réussi à se faire ré-éliire en Alaska contre le candidat désigné par son parti. Collins est élue dans un état notoirement Démocrate le Maine (même si celui-ci est dirigé par un des gouverneurs les plus à droite du parti Républicain, Paul LePage une sorte de Trump survitaminé).

Les manœuvres préparatoires se sont déroulées sans encombres. Murkowski et Collins ont rencontré Kavanaugh et tout le monde est sorti satisfait des rendez-vous  sans que les sénatrices aient pris d’engagement formel. Le camp Républicain jouait gagnant puisque le remplaçant de John McCain qui a eu la bonne idée de mourir à temps (sa maladie l’empêchait de venir participer aux séances du Sénat) a été nommé. En plus de la majorité assurée (51 sur 100) il semblait probable qu’au moins un des trois Démocrates vote pour la confirmation. Même si une des deux sénatrices en doute faisait défaillannce la voix prépondérante du vice-président Mike Pence y pourvoirait. Tout était donc pour lmieux dans le meilleur des mondes Républicains même s’ilse disait que Mitch McConnel avait déconseillé à trump de choisir Kavanaugh.

La bataille inattendue au Sénat, ambitions personnelles et soupçons sur le candidat.

Dés le début, et même avant a machine a commencé à se gripper. Le long passé de Kavanaugh dans le système judiciaire et gouvernemental a laissé des traces administratives. La raison d’être de la procédure de confirmation est de vérifier la qualification de l’impétrant. Le passé en question est devenu lourd puisque son dossier comprend des centaines de milliers de pages qui auraient pu être examinées. Le doute sur le résultat des élections de Novembre a accentué l’urgence du côté Républicain. La session de la Cour Suprême débute en Octobre. Ils voudraient avoir nommé leur cinquième jour avant. Et si possible avant les élections et de toutes façons avant l’intronisation du nouveau Congrès en Janvier. Ils ont donc fait la maximum pour ne pas avoir à produire et à examiner la totalité des documents. Il es est résulté un soupçon de volonté de dissimulation  mais aussi de mépris pour le processus démocratique. en fin de compte bien  moins de la moitié des documents ont été produits. Ils ont été fourni aux sénateurs Démocrates la veille des auditions pour un grand nombre. La Maison-Blanche a argué du privilège du président pour en interdire 100000 pages et une partie de ce que les sénateurs ont examiné a été déclaré confidentiel.

Assez vite des soupçons se sont exprimés dans la presse sur plusieurs points : la possibilité que Kavanaugh ait menti sous serment lors de ses auditions précédentes en 2006, qu’il ait renouvelé ses mensonges en 2018 et que l’augmentation brutale et récente  des ses revenus  soit sujette à caution.

Mais les auditions ont rapidement tourné au grand spectacle sous la pression de deux sénateurs Démocrates de la Commission Juridique qui tient les auditions. Dans cette commission les Républicains sont 11 contre 10 Démocrates. Aucune défection n’est donc possible lors des votes hors la commissioon a le pouvoir de na pas envoyer la nomination en séance plénière.

Deux des sénateurs Démocrates sont de probables candidats aux primaires Démocrates pour l’élection présidentielle de 2020 dont la campagne commencera à l’été prochain. Kamala Harris, brillante sénatrice de Californie, ancienne ministre de la Justice de son état a interrogé avec insistance Brett kavanaugh sur ses relations avec des personnes appartenant à une organisation externe à la Maison-Blanche  à qui il aurait pu communiquer des informations confidentielles. L’insistance de Harris à faire affirmé à kavanaugh qu’il n’avait rien fait de tel a laissé penser qu’elle avait dans sa manche une preuve d’un tel comportement. Pour l’instant elle n’a rien montré sinon sa pugnacité. Il faut dire sue la frange militante de gauche de l’électorat Démocrate avait mal vécu le début du processus et accusait vertement les sénateurs de ne pas être assez offensifs dans leur travail pour contrer la nomination, de celui qu’ils considèrent comme un grand danger.

Kamala Harris a passé le relais à son collègue Cory Booker, sénateur de la côte Est il est aussi probable candidat aux primaires. Il n’a pas hésité, surjouant même un peu son héroïsme, à prendre le risque qui formellement pourrait lui valoir exclusion su Sénat de publier quelques pages des documents classés confidentiels par la Commission. Cette publication n’a rien dévoilé d’infamant sinon que les sénateurs Républicains avaient sans doute voulu essentiellement gagner du temps.

A la fin de la semaine dernière la nomination semblait donc acquise, la phase des auditions terminée. Deux sénateurs Démocrates avaient fait leurs numéros à la télévision et on ne pouvait plus les accuser de mollesse. Le monde était dans l’ordre.

Enfin une petite rumeur courrait  propos de Dianne Feinstein, l’autre sénatrice, Démocrate, de Californie. .Cette vielle dame assez conservatrice par ailleurs pour avoir quelques soucis de ré-élection au sein de son propre parti, aurait été en possession d’une lettre impliquant Brett Kavanaugh. Une ancienne  histoire mettant en cause une femme.

Tactique ou embuscade ou les deux.

Dans un premier temps Feinstein a dit en effet détenir une lettre dont la signataire ne souhaitait  pas qu’elle soit divulguée. Il a fallu un papier de The Intercept pour que s’engage le processus suivant. Feinstein a fini par dire qu’elle livrait la lettre au FBI à toutes fins utiles. Le contenu n’a pas tardé à se répandre dans la presse. En bref une universitaire y affirme que trente-cinq ans plus tôt Brett Kavanaugh l’a agressée lors d’une soirée étudiante. Il avait 17 ans et elle 15. Si l’agression décrite a clairement un objetif sexuel elle insiste sur l‘agression physique. Elle a même cru qu’il pourrait la tuer.

A partir de là s’enclenche une inexorable machine. La crédibilité du témoin est évidemment mise en doute. Le moment choisi pour la divulgation est dénoncé par les Républicains comme une manœuvre anti-démocratique destiné à faire déraper le processus de nomination. Mais ils ne peuvent que s’incliner et envisager d’entendre le témoignage. Même si les proches de Donald Trump, silencieux les premières heures, se comportent de manière grossière il doit admettre que le processus de nomination peut prendre du retard. Même Les sénateurs Démocrates susceptibles de voter la nomination se rallient au report de la décision. Il semble bien que les Républicains doivent enregistrer la défaite.

Plus que le retard et le possible échec de la nomination de Kavanaugh les dégâts électoraux pourraient être considérables. S’il est improbable que cela  démobilise le cœur de la base trumpiste cela atteint l’image du chef infaillible et désigne les Républicains comme tricheurs et maladroits. « On ne gagne pas en perdant« .

Et The Intercept a remis ça. Les deux sénateurs leaders de la Commission, le Républicain Chuck Grassley et la Démocrate Dianne Feinstein, ont été approchés en Juillet par un juriste disant détenir d’autres informations sur les relations entre Brett Kavanaugh et un juge pour qui il a travaillé qui a démissionné lors d’un scandale de harcèlement sexuel.

On s’est beaucoup demandé ces jours derniers si les Démocrates avaient tendu un piège à Kavanaugh. Peut-être mais le piège avait peut-être bien été armé par lui-même et les Républicains avaient peut-être bien quelque chose à cacher.

Dernière minute : Kavanaugh et son accusatrice sont convoqués pour témoigner devant la commission du Sénat Lundi prochain. La nominatioon est donc reportée puisque le vote était programmé Jeudi.

En fait la nomination de Kavanaugh est devenue impossible. Quoi qu’il arrive le doute restera sur sa sincérité, plus que sur les faits. Ce doute-là ne peut être accepté d’un juge à la Cour Suprême.

Avec la présidence Trump le spectacle continue.

 

 

Mes liens et notes de travail de ces derniers jours sur le sujet.

13/09/2018
http://thehill.com/business-a-lobbying/406410-rand-paul-ramps-up-his-alliance-with-trump
http://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/406432-ann-coulter-believes-kushner-wrote-anonymous-op-ed-bashing
https://thinkprogress.org/eric-trump-casually-uses-anti-semitic-dogwhistle-on-fox-friends-f1ee2a923d2e/ //Pour que la famille Trump en vienne à utiliser des ficelles antisémites faut-il que la situation soit sérieuse. Ou bien est-ce leur fond raciste qui ressort?
https://thinkprogress.org/swing-district-republicans-ditch-trumps-build-the-wall-rhetoric/ //La promesse électorale centrale devenue embarassante.
https://www.truthdig.com/articles/trump-is-not-the-problem/
https://www.alternet.org/barbara-res-trump-aides-cowardly-people
http://thehill.com/homenews/media/406447-woodward-book-breaks-93-year-publishing-record //Pas un bon signe pour DJT.
https://www.mediamatters.org/video/2018/09/11/rush-limbaugh-hurricane-florence-forecast-and-destruction-potential-doom-and-gloom-all-heighten/221278 //Croyez-vous que ce soit possible?
https://talkingpointsmemo.com/edblog/the-fix-is-in //Sans aucun doute important. S’ils ont jugé utile de le faire, quelles sont les raisons? DJT a-t-il à craindre de ce que sait Manafort?
https://www.npr.org/2018/09/13/647367937/student-borrowers-and-advocates-win-court-case-against-devos //A suivre…
http://thehill.com/homenews/senate/406527-senate-democrats-sending-secret-letter-about-kavanaugh-to-fbi-report //Manoeuver désespérée ou bien intimidation du camp adverse pour abandonner Kavanuagh?
http://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/406506-rick-scott-breaks-with-trump-and-defends-puerto-rico-death
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/the-many-mysteries-of-brett-kavanaughs-finances/
14/09/2018
https://fivethirtyeight.com/features/trumps-approval-rating-is-down-muellers-is-up-is-there-a-connection/ //La crédilité de Mueller peut étonner. Elle témoigne sans doute du travail de l’opinion.
https://fivethirtyeight.com/features/7-rules-for-reading-trumps-approval-rating/ //La stabilité de la côte de DJT auprès de ses soutiens est en partie en trompe-l’oeil.
https://fivethirtyeight.com/features/the-white-house-unified-on-old-issues-and-then-started-new-fights/
https://newrepublic.com/article/151237/robert-mueller-winning
https://www.alternet.org/news-amp-politics/why-paul-manaforts-plea-deal-could-pose-serious-threat-mike-pence //Manafort a présenté Pence à Donald Trump.
15/09/2018
https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/09/paul-manafort-cooperating-mueller/570364/
https://talkingpointsmemo.com/edblog/paulie-runs-one-last-disinformation-op-against-trump
https://www.npr.org/2018/09/15/648014347/the-russia-investigations-what-will-paul-manafort-tell-the-feds //La question que tous se posent.
16/09/2018
http://thehill.com/homenews/senate/406925-kavanaugh-accuser-breaks-silence-about-sexual-misconduct-allegations-detailed
http://thehill.com/policy/international/406932-palestinian-liberation-organization-accuses-trump-administration-of
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/15/17864338/trump-jim-mattis-defense-pentagon
17/09/2018
https://fivethirtyeight.com/features/what-happens-to-brett-kavanaughs-nomination-now/ // »All is in the timing ». Soit les R. abandonnent B.K. immédiatement soit ils font le focing et passent en force au risque de perdre des plumes aux élection voire confirmer un juge vu comme indigne par la population et contraint à la démission un peu plus tard. Tous les détails et toutes les affaires ne sot pas forcément sortis. Excellent article résumant le sujet.
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/heres-what-needs-to-happen-in-the-brett-kavanaugh-case/ //Plus que l’agression passée le mensonge actuel, et même sous serment et sur plusieurs points, disqualifie B.K . pour le poste à la Cour Suprême.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/kavanaugh/570409/ //Les paroles de DJT (« Je suis attiré par les belles femmes… ») sonnent comme une excuse rendant le soupçon encore plus insupportable. Et tous les anti-Trump de se jeter sur le pauvre Kavanaugh pour cacher leur inaction précédente.
https://www.npr.org/2018/09/16/648535858/democrats-calls-to-delay-kavanaugh-vote-after-his-accuser-goes-public //Et pendant ce temps-là DJT ne dit rien. Le calme avant la tempête (twitter storm)? Il se répend en louanges de son action économique et en soutien à ses candidats.
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/09/kavanaugh/570406/ //A l’insi de la volonté des participants (DJT, le GOP, les sénateurs Démocrates) la procédure de confirmation de B.K. fait apparaître au grand jour les débats de fond qui traversent le société et les contradictions du monde politique tels qu’ils entrent en collision (collusion?).
https://thehill.com/homenews/senate/406980-key-centrist-democrat-calls-for-postponing-kavanaugh-vote //Le vent tournerait-il? Donelly supposé jusque là être une voix acquise à la confirmation a maintenant les atouts pour se tirer honorablement de l’affaire. Ne pas voter contre et se mettre à dos ses électeurs conservateurs. Ne pas voter pour et se mettre à dos les progressistes. Se pourrait-il que les sénateurs D. aient bien joué (pour une fois)?
https://thehill.com/homenews/administration/406993-alumnae-of-kavanaugh-accusers-high-school-send-letter-defending-her //La mèche continue de bruler.
https://thehill.com/blogs/floor-action/senate/406953-murkowski-committee-might-need-to-consider-delaying-kavanaugh-vote //Même de leur côté.
https://thehill.com/blogs/floor-action/senate/407026-collins-wants-kavanaugh-accuser-to-testify //Et ça continue.
https://thehill.com/homenews/administration/407017-conservative-group-launches-15m-campaign-to-defend-kavanaugh //Et ils sont passés de l’offensive à la défensive en 49 heures.
https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/09/key-senate-republicans-express-support-for-mueller-probe/570451/ //Le vent tournerait-il?
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/donald-trump-jr-mocked-kavanaughs-accuser-its-not-the-first-time-he-thought-sexual-assault-was-funny/ //Tel père …..
https://talkingpointsmemo.com/news/when-trump-jr-mocked-kavanaugh-allegation-a-hud-official-cheered //Et la Cour suit.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/brett-kavanaugh-mark-judge-high-school-drunk-allegation-alcohol/ //Quand ça va mal…
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2018/09/religion-and-racism-still-go-hand-in-hand-in-the-gop/
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/17/17869978/kavanaugh-trump-sexual-assault //L’occasion pur le GOP de redevenir un parti normal?
https://talkingpointsmemo.com/news/trump-kavanaugh-is-one-of-the-finest-people-ive-ever-known //IL fait le gros dos car il ne peut faire autre chose. Ce faisant il donne le ton à ses troupes. La tension du calendrier implique que la nomination ne sera pas faite avant le début de la session de la Cour Suprême, voire avant l’élection.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/did-the-democrats-really-ambush-kavanaugh //La question, sans grand intérêt, que tout le monde se pose. Mais le processus peut avoir une signification interne au parti Démocrate sinon une réelle importance. SI le fond l’emporte sur la forme peu importe le détail des événements. L’obstination des R. à ne pas auditionner Merrick Garland était bien pire.
https://talkingpointsmemo.com/edblog/you-never-win-by-losing
https://talkingpointsmemo.com/prime-beta/will-christine-blasey-ford-be-treated-differently-than-anita-hill //N’oublions un précédent. Si les choses se répètent…
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/17/17870408/brett-kavanaugh-sexual-assault-allegation-conservatives-abortion //Et la droite avoue qu’il s’agit bien de Roe V. Wade contrairement à ce que de bonnes âme, Colins and co. voudraient nous faire accroire.
https://www.vox.com/2018/9/17/17869542/brett-kavanaugh-sexual-assault-misconduct-allegation //Une distinction intéressante et qui coupe un peu d’herbe sous les pieds des conservateurs : Ford accuse B.K. d’une agression violente pas d’une agression sexuelle.
https://www.thenation.com/article/is-donald-trumps-downfall-hidden-in-his-tax-returns/ //un point complet sur les trumpiennes affaires d’argent.
http://prospect.org/article/all-our-fears-about-trump-are-coming-true
https://newrepublic.com/minutes/151274/orrin-hatch-offers-confusing-defense-brett-kavanaugh //Panique, panique à bord du navire GOP.
https://thinkprogress.org/white-house-dismisses-christine-blasey-ford-as-a-liar-brett-kavanaugh-6a3557d1848e/ //Calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose.

A Cédric Villani

Cédric Villani.

Une péripétie anecdotique me lie à Maurice Audin. En 1967 quand je suis pour la première fois devenu membre d’un organisation d’extrême-gauche j’ai reçu le pseudonyme Audin. Le souvenir du martyr du combat indépendantiste me suit donc depuis cet automne-là. La décision officialisée hier ne pouvait me laisser indifférent.

Pourquoi ce sentiment de dégout qui ne me quitte pas?

Dégout de voir une décision juste servir de support à la mascarade d’une mise en scène de communication  politicienne dont la simplicité apparente n’était que suprême ostentation.

Dégout de voir cette salutaire mise au point noyée dans la « journée de gauche » d’un président en mal de reconnaissance.

Dégout de ne pas avoir entendu un mot d’hommage au courage et à la noblesse de l’engagement de Maurice Audin et de ses camarades du Parti Communiste Algérien.

Dégout de voir la famille instrumentalisée dans cette entreprise.

Dégout de voir votre propre instrumentalisation par la machine de propagande.

Vous m’étiez cher. Votre livre,  « Théorème vivant » , m’a touché. Il m’a conduit à ressortir les vinyles de Catherine Ribeiro de leur étagère. Il m’a fait découvrir Danielle Messia. Il faisait partie de la poignée d’ouvrages que je me réserve de suggérer à mes petits-enfants devenus grands.

Plus que comme un désaccord j’ai vécu votre décision de devenir député de droite comme une trahison personnelle qui m’a fait saigner le cœur.

Les dernières primaires de la saison

Cette semaine se déroule la dernière phase des élections primaires aux États-Unis d’Amérique avant le scrutin de mi-mandat du 6 Novembre. La scénariation sans doute involontaire répartit cette étape sur 3 jours de Mardi à Jeudi avec en apothéose les votes de l’état de New-York où l’incertitude montée en épingle de la candidature au poste de gouverneur cache des enjeux sérieux.

New-Hampshire.

Hier la première journée se déroulait au New-Hampshire, état-bascule dont le gouverneur Républicain Chris Sununu est une cible traditionnelle des Démocrates mais sa popularité personnelle le met à peu près hors d’atteinte. La gagnante de la primaire, Molly Kelly aura du mal à l’emporter. L’attention était attirée par la première circonscription de la Chambre des Représentants où se présentait le fils de Bernie Sanders qui n’avait pas le soutien officiel de son père. La famille Sanders a justifié ce fait par le refus de la politique dynastique. Les chances de Levi Sanders étant très faibles il est probable que Bernie a aussi joué tactique et souhaité ne pas être associé à un échec annoncé dans une primaire Démocrate à 11 candidats.L’élu Chris Pappas devrait succéder à la Démocrate Carol Shea-Porter en Novembre.

Rhode Island.

Aujourd’hui on passe au minuscule état de Rhode Island dont la gouverneure Démocrate Gina Raimondi à l’inverse de son collègue du New-Hampshire est très impopulaire. Quel que soit le résultat de la primaire Républicaine Raimondi aura du mal à conserver son poste et doit pour cela d’abord survivre à la primaire de son parti.Dans ce petit état urbain les surprises sont possibles.

Le bouquet final New-York.

Enfin Jeudi le gros morceau, bouquet final digne de la campagne de ces primaires de 2018 aux enjeux majeurs. La campagne pour la désignation du candidat Démocrate au fauteuil de gouverneur occulte les autres. Le sortant Andrew Cuomo, frère d’un présentateur vedette de CNN et « centriste » invétéré est concurrencé par la candidature médiature de Cynthia Nixon, militante des droits civils mais surtout ex-vedette de « Sex in the City ». Le bruit médiatique autour de cette bataille a été renforcé par la victoire inattendue de la « Socialsite démocratique » Alexandria Ocasio-Cortez contre un cacique Démocrate pressenti comme futur leader des Démocrates à la Chambre en cas défaite des Républicains en Novembre. L’éclairage porté sur la lutte pour la candidature au poste de gouveneur(e) occulte d’autres enjeux plus réels dans la mesure où l’avance de Cuomo dans les sondages semble le mettre hors d’atteinte. Sous la pression de la candidature de Nixon et du succès populaire de la campagne d’Ocasio-Cortez devenue instantanément une vedette de la gauche Cuomo a nettement gauchi son programme.

Les particularités du système électoral pourraient d’ailleurs permettre à Nixon de se présenter même si elle perd la primaire Démocrate car elle a le soutien du « Working Families Party » fortement implanté dans l’état. Si la primaire montre une mobilisation importante et qu’elle perd de peu la question se posera si le danger de victoire Républicaine induit par une triangulaire semble écarté.

La candidature de Zephyr Teachout à la primaire pour le poste de ministre de la Justice (AG) de l’état semble en fait tout aussi importante. Juriste accompli et combattive elle serait une arme anti-Trump de poids vu l’importance de la juridiction new-yorkaise dans le système judiciaire du pays. La dernière séquence télévisée de la campagne de Zephyr Teachout a été très remarquée.

Et finalement cette primaire pourrait commencer à apporter une clarification plus importante que les évolutions formelles du programme de Cuomo. Le Sénat de l’état comprend un groupe de pseudo-Démocrates, le « Independant Democratic Caucus« ,  qui votent souvent avec les Républicains et sont utilisés par Cuomo pour ses louvoyages politiques. Une séries de circonscriptions sénatoriales (11,13,17,20,23,31,34,53) constituent donc des enjeux majeurs pour la politique future du second état de l’Union.

A suivre.

Older posts

© 2018 DOMINIC77

Theme by Anders NorenUp ↑